Passer au contenu principal

Un abattoir mis à l'index pour mauvais traitements

L'Association Pour l'Egalité Animale veut faire fermer un abattoir qui est en infraction. Elle a porté plainte et lancé une pétition.

L'Association Pour l'Egalité Animale accuse l'abattoir neuchâtelois d'étourdissements ratés.
L'Association Pour l'Egalité Animale accuse l'abattoir neuchâtelois d'étourdissements ratés.
Capture d'écran youtube

L'association «Pour l'égalité animale» (PEA) a dénoncé l'abattoir des Ponts-de-Martel (NE) au Ministère public neuchâtelois et au vétérinaire cantonal, vidéos à l'appui. Elle porte plainte pour mauvais traitements. Le canton a déjà mis en place des mesures correctrices.

Dans un communiqué diffusé mercredi, PEA dénonce des étourdissements ratés, des «animaux probablement égorgés conscients et d'autres pratiques sources de terribles souffrances». L'organisation, qui diffuse des vidéos tournées clandestinement, demande la fermeture immédiate de l'abattoir.

«La filière de l'abattage ne peut plus affirmer qu'il s'agit encore d'une exception: il en est de même partout», estime le porte-parole de l'association Fabien Truffer cité dans le communiqué. PEA a dénoncé trois autres abattoirs romands depuis 2016. Deux sites vaudois ont depuis été fermés.

Les militants antispécistes lancent une pétition adressée au Conseil d'Etat ainsi qu'au Grand Conseil neuchâtelois. Le texte leur demande de ne plus subventionner les entreprises qui exploitent ou tuent des animaux. Les séquences vidéo, tournées en novembre 2018, montrent une série d'infractions.

(Nouvelle enquête: abattoir des Ponts-de Martel)

Mesures correctrices

Le service de la consommation et des affaires vétérinaires (Scav) du canton de Neuchâtel a expliqué mercredi avoir été informé à la fin de l'automne dernier que la mise à mort des animaux n'était pas systématiquement effectuée selon les règles. Il a alors exigé immédiatement des améliorations.

Depuis lors, le gérant de l'abattoir des Ponts-de-Martel a été licencié par le comité de la coopérative. Le Scav a également lancé ces derniers mois un projet de formation du personnel. Ce programme se caractérise par une surveillance renforcée, un encadrement en temps réel et des conseils donnés au personnel.

Actuellement, le Scav travaille en collaboration avec l'équipe dirigeante et le personnel de l'abattoir pour renforcer la mise en oeuvre des bonnes pratiques. L'installation a été rénovée et agrandie en 2014 et ses installations correspondent aux normes légales de protection des animaux, souligne le canton.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.