Bâle-Ville renonce à utiliser l'e-voting genevois

SuisseLa collaboration entre les deux cantons durait depuis huit ans. Mais les Rhénans ont opté pour le système de la Poste.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Bâle-Ville a décidé de se tourner vers La Poste pour son système de vote électronique. D'ici à 2019, tous les citoyens et citoyennes de la cité rhénane devraient pouvoir voter par ce biais. Bâle utilisait jusqu'ici le système du canton de Genève, qui regrette cette décision.

L'offre de La Poste remplit tous les critères et satisfait les standards de sécurité élevés exigés par la Confédération, a indiqué vendredi le gouvernement bâlois dans un communiqué. Les coûts de cette opération se montent à 5 millions de francs sur dix ans.

L'introduction du vote électronique se fera par étapes. D'ici aux votations du 4 mars 2018, la moitié des votantes et votants devraient pouvoir l'utiliser, précise le communiqué. Et l'élargissement à l'ensemble du corps électoral devrait être effectif d'ici à 2019. Le vote par correspondance ou à l'urne sera toujours possible. Cette décision intervient au terme d'une procédure d'appel d'offre, précisent les autorités.

Fin d'une longue collaboration avec Genève

Bâle-Ville a introduit en 2009 l'e-voting pour les Suisses de l'étranger immatriculés dans le canton. Ceux-ci ne s'en sont pas privés. En 2016, plus de 60% d'entre eux y ont eu recours à chaque votation, indique le gouvernement. Le canton avait, pour ce faire, utilisé le système mis au point par Genève.

A Genève, le Conseil d'Etat «prend note et regrette» cette décision, qui intervient «après une collaboration de huit années et 26 opérations toutes réussies», indiquent le Département de la sécurité et de l'économie et la Chancellerie d'Etat, dans un communiqué conjoint.

Plateforme CHVote pas remise en cause

La collaboration entre les deux cantons prendra fin le 31 décembre 2017. Genève, qui développe sa plate-forme de vote électronique CHVote depuis 2003, n'a pas ménagé ses efforts pour proposer son outil aux autres cantons. Le conseiller d'Etat Pierre Maudet s'était rendu en personne à Berne pour le présenter et promouvoir les caractéristiques du système, à savoir qu'il est public, suisse et «open source».

«Cette décision bâloise ne remet pas en question la première place qu'occupe CHVote en Suisse, tant en nombre de cantons partenaires qu'en nombre d'électeurs (74'300) ou de longévité», affirment encore les autorités genevoises.

Bientôt dans le canton de Vaud

Actuellement, les cantons de Lucerne et Berne utilisent le système genevois d'e-voting. Saint-Gall et Argovie vont par ailleurs entreprendre leurs premiers essais avec CHVote en septembre 2017. En 2018, le canton de Vaud effectuera également des tests.

En décembre, la Confédération a annoncé qu'environ 154'000 personnes pourront utiliser internet pour participer aux votations fédérales, dès le 12 février 2017 et jusqu'à fin 2018.

Le Conseil fédéral a approuvé les demandes des cantons de Genève, Berne, Lucerne, Bâle-Ville, Fribourg et Neuchâtel. A noter que ces deux derniers cantons se sont eux aussi tournés vers l'offre de La Poste. (ats/nxp)

Créé: 03.02.2017, 14h08

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...