Braquage à Chêne-Bourg: trois suspects arrêtés en France

Interpellation Parmi les détenus figure un habitué des prisons. Le trio aurait sévi en France avant de s’attaquer au bureau de change.

Les malfrats ont attaqué le commerce en défonçant la porte d’entrée avec un 4x4 BMW.

Les malfrats ont attaqué le commerce en défonçant la porte d’entrée avec un 4x4 BMW. Image: pierre abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’ADN laissé sur le lieu du braquage, l’analyse des relevés téléphoniques après les faits et la patience des enquêteurs ont conduit à une arrestation de taille: celle de trois suspects du braquage de Chêne-Bourg survenu le 2 novembre 2013. Selon nos informations, ce trio a été interpellé le mois dernier à Annemasse et à Lyon.

Ces Français ont été mis en examen notamment pour tentative de vol et de meurtre en bande organisée. Un premier suspect, détenu aujourd’hui à Champ-Dollon, avait été arrêté deux semaines après les faits. Les trois nouveaux sont, eux, emprisonnés en France. L’un est animateur sportif, l’autre chauffeur et le dernier chômeur. Nés en 1957, 1976 et 1978, ils contestent les faits reprochés. Selon nos sources, la police a retrouvé chez un prévenu une cagoule noire et un gilet pare-balles.

«Bébé» et «Choupette»

Qui sont ces quatre hommes? L’un d’eux est surnommé «Choupette», un autre «Bébé»; il ne s’agit pourtant pas d’enfants de chœur, à en croire les faits reprochés. Exemple: les trois suspects arrêtés en mars sont poursuivis pour d’autres faits qu’ils auraient commis dans leur pays, mais aussi pour un vol en bande à Genève… trois jours avant de faire main basse sur le bureau de change Migros Thônex (situé en fait à Chêne-Bourg).

Ce matin-là de novembre, un samedi peu avant 8 h, les malfrats encagoulés et armés attaquent le commerce en défonçant la porte d’entrée avec un 4x4 BMW. Le bruit fait bondir les gendarmes du poste de police voisin. Une fusillade éclate en pleine rue, sans faire de blessé mais en créant un vent de panique dans le quartier. Les braqueurs repartent sans butin, à bord d’un véhicule immatriculé en Valais, et abandonnent sur place le 4x4, dans lequel la police retrouve des fumigènes. A l’intérieur du bureau de change, on découvre même une grenade.

Les enquêteurs se penchent d’emblée sur les traces et les empreintes laissées dans la voiture. C’est ainsi qu’un des prévenus a été confondu avec son ADN laissé sur une poignée, sur la clé et sur un appuie-tête du 4x4. Les investigations téléphoniques ont aussi permis à la police d’identifier les deux autres suspects interpellés en France. Après les faits, les deux agents visés par les tireurs lors de la fusillade ont porté plainte pour tentative d’assassinat, mais aussi pour violences et menaces envers les autorités ou les fonctionnaires. «C’est un miracle que nos clients et les employés du change soient en vie, expliquent alors les avocats des agents Mes Robert Assaël et Alain Berger. Commis par des bandits dangereux qui ne reculent devant rien, ce braquage montre à quel point le métier de policier est difficile.»

Requête au procureur

C’est dans cet état d’esprit que Me Assaël a demandé, il y a deux mois, au procureur Olivier Lutz que le prévenu détenu à Champ-Dollon soit également poursuivi pour tentative de meurtre (lire ci-contre). Défendu par Me Magali Ulanowski, le suspect, lui, conteste avoir pris part à ce braquage. Ce Français (45 ans) est bien connu des services de police dans son pays pour trafic de stupéfiants et braquage. Marié, père de trois enfants, il a déjà passé dix-sept ans en prison…

Sa première peine ferme remonte à 1989, pour avoir pratiqué le «go fast». Une technique qui consiste à transporter de la drogue depuis l’Espagne ou les Pays-Bas, en roulant de nuit, à grande vitesse, à bord de véhicules puissants volés pour livrer les stupéfiants dans les meilleurs délais. Au risque de devoir se lancer dans une course-poursuite avec la police. L’homme a en outre participé à un braquage en 1997 en France, en faisant le guet.

Chez une amie

Où se trouvait-il le jour du hold-up à Chêne-Bourg? Chez lui, dans la région lyonnaise, dit-il après son arrestation le 15 novembre 2013. Durant son interrogatoire, il explique avoir uniquement volé un 4x4 aux plaques genevoises et l’avoir parqué dans un box à Annemasse. C’est pourquoi son ADN a été retrouvé dans cette voiture.

Un travail qu’il a réalisé pour le compte d’un inconnu, sans savoir que la voiture allait servir à défoncer la porte d’entrée d’un bureau de change, selon lui. S’il se trouvait à Genève le jour de son interpellation, c’est parce qu’il était venu voir une amie. A la justice d’apprécier.

Créé: 07.04.2016, 07h45

Articles en relation

Chêne-Bourg: un suspect arrêté avec les clés de la retraitée agressée

Genève Un des prévenus, pincé non loin d’un bancomat aux Eaux-Vives, cachait 1000?francs sur lui. Révélations Plus...

Convoyeur de fonds braqué: un Suisse arrêté à Annecy

Genève Un homme avait été interpellé en Haute-Savoie le jour du braquage le 1er novembre à Chêne-Bourg (GE). Le second individu, en fuite, a été arrêté jeudi à Annecy. Plus...

«Comme s’ils partaient à la guerre»

Pour Me Robert Assaël, le trio pincé à Annemasse et à Lyon sera jugé en France: «Le prévenu, détenu à Genève, sera en revanche jugé dans notre canton. J’ai demandé à ce qu’il soit mis en prévention de tentative de meurtre et non pas seulement de mise en danger de la vie d’autrui.» Aux yeux de l’avocat, ce braquage, «d’une violence inouïe, est le fait de bandits, sans scrupule, qui ont attaqué ce bureau de change comme s’ils partaient à la guerre!»
Ce commerce est manifestement maudit: le 26 novembre 2010, des hommes armés de kalachnikovs s’étaient déjà introduits dans les lieux après avoir fait exploser une vitrine blindée. Une fusillade avait éclaté entre les malfrats et la police. Blessé, un suspect avait été arrêté sur place avec 760?000?francs sur lui. Cinq autres prévenus ont été interpellés au fil des mois. Leur procès aura lieu en novembre à Lyon. Le Ministère public a d’emblée été favorable à ce que la France juge ces présumés braqueurs.
F.M.

Galerie photo

Braquage du change Migros de Thônex

Braquage du change Migros de Thônex Le 26 novembre 2010, le bureau de change Migros à Thônex a été attaqué à l'arme lourde.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.