Passer au contenu principal

Les chasseurs d’autres mondes décrochent la lune

Le Prix Nobel de physique a été attribué à Michel Mayor et à Didier Queloz, les astrophysiciens de l’Observatoire de Genève qui ont découvert la première exoplanète, en 1995.

Didier Queloz (à gauche) était le doctorant de Michel Mayor (à droite). Il est aujourd'hui professeur dans les universités de Genève et de Cambridge. Michel Mayor a fait l'essentiel de sa carrière à Genève.
Didier Queloz (à gauche) était le doctorant de Michel Mayor (à droite). Il est aujourd'hui professeur dans les universités de Genève et de Cambridge. Michel Mayor a fait l'essentiel de sa carrière à Genève.
Keystone

Le 6 octobre 1995, un coup de tonnerre retentit dans le petit monde des astronomes. Pour la première fois, des chercheurs prouvent la présence d’une exoplanète (planète située hors du système solaire). Cette découverte, qui va révolutionner notre perception de la vie extraterrestre, on la doit à deux astrophysiciens de l’Observatoire de l’Université de Genève (UNIGE), Michel Mayor et son doctorant, Didier Queloz. Vingt-quatre ans plus tard quasi jour pour jour, un second coup de tonnerre secoue cette fois le bout du lac et rejaillit sur toute la Suisse. En ce 8 octobre 2019, les deux scientifiques se voient attribuer le prestigieux Prix Nobel de physique.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.