Passer au contenu principal

La colère des Camerounais se heurte à un mur policier

Le rassemblement contre Paul Biya a dégénéré samedi. La police a utilisé les gaz lacrymogènes, à la stupeur des manifestants.

La police a employé les grands moyens pour empêcher les manifestants d'approcher l'Hôtel Intercontinental où réside le chef d'état camerounais Paul Biya.Image: Georges Cabrera / 29.06.2019
La police a employé les grands moyens pour empêcher les manifestants d'approcher l'Hôtel Intercontinental où réside le chef d'état camerounais Paul Biya.Image: Georges Cabrera / 29.06.2019
La police a employé les grands moyens pour empêcher les manifestants d'approcher l'Hôtel Intercontinental où réside le chef d'état camerounais Paul Biya.Image: Georges Cabrera / 29.06.2019
La police a employé les grands moyens pour empêcher les manifestants d'approcher l'Hôtel Intercontinental où réside le chef d'état camerounais Paul Biya.Image: Georges Cabrera / 29.06.2019
Police repel protesters with tear gas and water cannon, during cameroonian nationals living in various European countries demonstrate against the presence of Cameroon President in Geneva, on the place des Nations in front of the European headquarters of the United Nations in Geneva, Switzerland, Saturday, June 29, 2018. (KEYSTONE/Martial Trezzini)
Police repel protesters with tear gas and water cannon, during cameroonian nationals living in various European countries demonstrate against the presence of Cameroon President in Geneva, on the place des Nations in front of the European headquarters of the United Nations in Geneva, Switzerland, Saturday, June 29, 2018. (KEYSTONE/Martial Trezzini)
1 / 21

La manifestation des opposants au président du Cameroun Paul Biya a tourné à l’affrontement avec la police, samedi après-midi dans le quartier des Nations.

Venus d’un peu partout en Europe (Suisse, France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni, notamment), quelques centaines de Camerounais se sont réunis dès le matin sur la place des Nations. Une grande sono diffuse de la musique, dans une ambiance tranquille. Ces 250 personnes – selon la police, donc bien loin des 5000 attendues – sont venues clamer leur colère contre la présence en Suisse du président Biya.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.