Les comptes des SIG ont souffert des pertes d'Alpiq

GenèveSur le seul plan local, la gestion de l'énergie est plutôt en bonne santé. Mais les participations dans d'autres entités plombent les chiffres 2015.

Image: Image d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si on ne tient compte que des chiffres les concernant directement, les Services industriels de Genève (SIG) sont parvenus à tirer leur épingle du jeu l'an passé, dans un environnement pourtant compliqué. Mais leur participation indirecte dans Alpiq, principal fournisseur d'énergie en Suisse qui souffre du bas prix de l'électricité, a pesé sur leurs résultats consolidés 2015.

Toutefois, la direction de l'entreprise a dit mardi avoir confiance en l'avenir.

Si le résultat de gestion des SIG s'est élevé à 70 millions de francs l'an dernier, le résultat consolidé s'inscrit dans le négatif, à -40 millions de francs. Le distributeur a notamment dû répercuter la perte d'Alpiq, via EOSH, pour 55 millions de francs. Les SIG ont aussi procédé à diverses dépréciations d'actifs.

Mais les prix vont remonter, Michel Balestra, le président du conseil d'administration des SIG, en est toutefois persuadé. L'argent qui a été investi dans le capital de la société argovienne EnergieDienst Holding (EDH), qui possède des barrages sur le Rhin et en Valais, n'est pas perdu. Ces ouvrages sont encore debout pour des décennies.

Il n'en demeure pas moins que les SIG feront preuve de davantage de prudence que par le passé dans leurs prises de participation. L'entreprise genevoise n'est ainsi pas sur les rangs, actuellement, pour acquérir les 49% du portefeuille hydraulique d'Alpic, mis en vente dernièrement.

Pas le rôle du sauveur

«Nous allons évaluer de manière détaillée le projet et nous prendrons une décision dans l'intérêt des SIG, et non pas dans l'intérêt national», a fait savoir Michel Balestra. Le raisonnement se fera en termes industriels et ne tiendra pas compte de considérations politiques qui voudraient voir les SIG jouer le rôle du sauveur.

Il existe une crise de la production d'énergie en Suisse et tout est déficitaire, a ajouté Michel Balestra. Le lignite dicte le ton, a-t-il regretté en faisant référence à l'Allemagne, dont une bonne part de la production d'électricité provient du charbon et qui n'est soumise à aucune taxe liée à la pollution. Cette situation est inacceptable pour Michel Balestra.

Energies renouvelables

Outre une taxe sur le charbon, une autre politique pourrait consister à subventionner les énergies renouvelables, a souligné, pour sa part, le directeur général des SIG, Christian Brunier. Dans ce domaine, l'entreprise genevoise consent d'importants efforts.

Elle va ainsi investir dans le redimensionnement de l'usine d'incinération des Cheneviers et dans des installations de chauffage à distance. La géothermie est l'autre projet ambitieux des SIG d'ici à 2020. Une cartographie du sous-sol est en train d'être réalisée et les premières explorations seront ensuite menées.

Par ailleurs, le programme d'économies des SIG, qui vise à réduire les charges d'exploitation de 30 millions de francs d'ici à quatre ans, se poursuit. L'entreprise obtient des résultats en responsabilisant son personnel. Certains employés n'ont ainsi plus d'horaires fixes. Cette liberté a permis une hausse de 10 à 15% de la productivité. (ats/nxp)

Créé: 12.04.2016, 17h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.