Passer au contenu principal

Le Conseil d'Etat salue ses projets d'envergure

Le Conseil d'Etat a tiré le bilan de mi-législature, revenant sur les multiples projets de transports qui attendent encore Neuchâtel.

Alain Ribaux, président du Conseil d'Etat neuchâtelois, a rappellé les principaux projets du programme d'impulsions.
Alain Ribaux, président du Conseil d'Etat neuchâtelois, a rappellé les principaux projets du programme d'impulsions.

Le canton de Neuchâtel a inversé la tendance et rompu la spirale négative, a déclaré vendredi Alain Ribaux, président du Conseil d'Etat, à l'occasion d'un bilan de mi-législature devant les journalistes. Selon lui, le canton a profondément changé en quelques années.

En moins de dix ans, le nombre de communes a été divisé par deux, la suppression des districts a été acceptée et le canton a vu l'émergence de quatre régions, a ajouté le conseiller d'Etat. Plusieurs projets d'envergure ont abouti, dont les contournements routiers du Locle et de La Chaux-de-Fonds et le tracé de ligne directe ferroviaire entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds.

«La ligne directe permettra de relier à l'horizon 2030 plusieurs régions d'une même agglomération de 140'000 habitants en 14 minutes», a expliqué Laurent Favre, chef du Département territorial et de l'environnement. «On veut un effet comme le M2 à Lausanne», car les deux grandes villes seront aussi proches que deux quartiers de Lausanne.

Le directeur régional des CFF Ouest, Alain Barbey, a ajouté qu'après Le Léman Express, le prochain chantier d'envergure sera la ligne directe entre les deux villes. Ce tracé se fera en voie normale et par des trains conventionnels pour qu'ils puissent se connecter aux grandes agglomérations.

Il a rappelé que la ligne directe n'empêchera pas les travaux dès 2021 pendant huit mois sur la ligne actuelle qui sera interrompue pendant huit mois. «Les travaux auront lieu surtout dans les tunnels et ne seront pas faits dans le vide», car ils serviront par exemple à mieux connecté le Val-de-Travers au réseau quand la ligne directe sera en place.

Ligne TGV pas menacée

Alain Barbey a ajouté que les CFF allaient développer le partenariat avec l'exploitant des transports publics neuchâtelois TransN pour leur permettre de croître sans les absorber. TransN reprendra notamment la concession de la ligne du Val-de-Travers.

Le directeur régional des CFF a voulu rassurer la population sur la liaison TGV par le Jura. «Il n'y a aucun plan à fermer la ligne historique reliant Lausanne à Paris, via Vallorbe et Frasne». Des trains à deux étages seront mis en service. L'horaire et le matériel roulant entre Neuchâtel et Frasne seront aussi améliorés, a précisé Alain Barbey.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.