Convoqué ce vendredi par la justice, Dieudonné ne viendra pas à Genève

Ministère publicSon avocat en Suisse explique que l’humoriste a un spectacle dans le sud-ouest de la France.

Dieudonné était convoqué au Ministère public ce vendredi matin en tant que prévenu.

Dieudonné était convoqué au Ministère public ce vendredi matin en tant que prévenu. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'humoriste français Dieudonné devait être entendu comme prévenu par la justice genevoise ce vendredi matin. Il lui est reproché d'avoir violé la norme pénale suisse sur le racisme et l'antisémitisme lors de plusieurs spectacles à Genève et à Nyon (VD) l’an dernier. Selon nos informations, le polémiste, qui s’est produit samedi soir à Chavannes-de-Bogis, ne se rendra pas au Ministère public: «Il a un spectacle vendredi soir à Bergerac et n’arrivera pas à être à Genève», nous confirme Me Pascal Junod, avocat de Dieudonné.

Le pénaliste a fait part de l’indisponibilité de son client lundi à la justice genevoise. En réponse, cette dernière déplore, dans un bref courrier, que Dieudonné ne propose pas de dates de remplacement et rappelle que la présence de l'humoriste est obligatoire. Le Ministère public lancera-t-il demain un mandat d’arrêt international? Convoquera-t-il une nouvelle audience? Affaire à suivre.

Défendue par Me Philippe Grumbach, la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (Cicad) a annoncé l’été dernier avoir porté plainte contre Dieudonné pour discrimination raciale et injure en lien avec les propos tenus par l’humoriste français les 28 et 29 juin derniers à Genève, lors de son spectacle «En Vérité».

La Cicad reproche au prévenu de s'en être pris à elle et d'avoir eu des paroles négationnistes en affirmant que les «chambres à gaz n'ont jamais existé». L'humoriste aurait prononcé la même phrase lors d'un précédent spectacle au Théâtre de Marens à Nyon, ce qui avait conduit la Cicad à déposer une première plainte en février 2019. Pour la Cicad, Dieudonné M'Bala M'Bala persiste dans sa stratégie «d'utiliser ses spectacles afin de diffuser des propos antisémites et injurieux». Au Ministère public, c’est le premier procureur Stéphane Grodecki qui est en charge de la procédure.

En 2015, Dieudonné avait été débouté par la Cour européenne des droits de l'homme, qui déclarait que les propos négationnistes ne pouvaient pas être liés à la liberté d'expression. La Cicad souhaite aujourd’hui voir l'humoriste condamné, comme il l'a été en Belgique et en France à plusieurs reprises: il a écopé de plusieurs dizaines de milliers d'euros d'amende pour diffamation et incitation à la haine (lire ci-contre).

Sa dernière sanction pénale remonte à l’an dernier à Paris. Il a écopé de trois ans de prison, dont un avec sursis, pour fraude fiscale, blanchiment et abus de biens sociaux. L’humoriste et sa compagne ont l'interdiction de gérer une entreprise pendant dix ans et le tribunal a prononcé la confiscation des espèces saisies. Le fisc a par ailleurs obtenu leur condamnation au paiement de centaines de milliers d'euros d’«impôts fraudés» et 80 000 euros en réparation du blanchiment de fraude fiscale.

Dieudonné est aussi prié de payer plusieurs milliers d'euros de dommages et intérêts à la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme et l'Union des étudiants juifs, parties civiles dans le volet sur l'organisation frauduleuse d'insolvabilité. «Il va y avoir un appel», commentait à l’époque, dans la presse française, l'avocate de la compagne de Dieudonné, dénonçant une «justice instrumentalisée par le pouvoir politique».

La défense avait accusé l'État d'avoir téléguidé les poursuites lorsque les spectacles de Dieudonné suscitaient une virulente polémique en France, fin 2013 et début 2014. Lors des tournées de Dieudonné, plusieurs maires affichent régulièrement leur désapprobation et tentent même d’interdire ses spectacles. Ainsi, en mai 2015, le bourgmestre de Bruxelles avait pris un arrêté dans ce sens. En 2004, la Ville de Genève avait mis son veto à sa venue avant de trouver un accord avec l’artiste.

Créé: 16.01.2020, 15h02

Plusieurs fois condamnés

En 2006, Dieudonné est condamné à 3000 euros d’amende pour avoir diffamé l’animateur Arthur. Dans un magazine, à propos du supposé lobby juif à la tête des médias, il déclarait: «Il faut savoir qu’Arthur avec sa société de production finance de manière très active l’armée israélienne qui n’hésite pas à tuer des enfants palestiniens.»

En 2007, Dieudonné doit verser 5000 euros d’amende pour incitation à la haine raciale. L’humoriste, dans un entretien au «Journal du dimanche», compare les juifs à des négriers: «Ceux qui m’attaquent ont fondé des empires et des fortunes sur la traite des Noirs et l’esclavage».

En 2008, Dieudonné est condamné à 7000 euros d’amende pour avoir en 2005, à Alger, évoqué la Shoah et la «pornographie mémorielle». Selon lui, les propos visent les commémorations et non l’Holocauste en lui-même.

En 2009, Dieudonné gagne contre la ville de Genève dans l’affaire de l’Alhambra. Le conseiller administratif en charge de la culture, Patrice Mugny, déclarait ne pas vouloir se rendre complice d’un humoriste antisémite. Le producteur qui a fait recours contre la décision a gagné au Tribunal administratif. Entre-temps, le spectacle s’est joué à la Cité Bleue, une salle appartenant à une fondation universitaire.

En 2010, Dieudonné doit payer 5000 euros d’amende pour ses propos diffamants contre la Licra. Il avait dit, en 2009, qu’elle était une «mafia» «[…] qui organise la censure, […] qui nie tous les concepts du racisme, à part celui qui concerne les juifs.»

En 2013, l’affaire «Shoahnanas» lui vaut une condamnation pour provocation à la haine raciale: 28 000 euros d’amende. Il avait ainsi parodié la chanson «Chaud Cacao» d’Annie Cordy en «Shoahnanas». Le texte de la parodie aux allusions antisémites et la diffusion de la vidéo en ligne ont connu un grand succès qui n’ont pas manqué d’inquiéter les organisations antiracistes.

En 2015, la Cour d'appel de Paris a condamné l’humoriste à 3000 euros d'amende pour «injure publique» à l'encontre de Manuel Valls. Le polémiste avait qualifié l’ancien premier ministre de «Mussolini trisomique».

En 2016, le Tribunal correctionnel de Paris condamne l’artiste à deux mois de prison avec sursis et à 10 000 euros d'amende pour des passages de «La Bête immonde». Le polémiste avait discouru sur le rôle qu'il attribue aux juifs dans la traite des Noirs et avait ironisé sur le génocide commis par les nazis.
F.M.

Articles en relation

L’intrigant circuit suisse du controversé Zynecoin

BILAN L’humoriste Dieudonné, qui promeut sur la toile la cryptomonnaie zynecoin, a invité des investisseurs à effectuer en toute discrétion des virements sur un compte hébergé au Credit Suisse. Plus...

À Genève, Dieudonné est convoqué par la justice

Justice L'humoriste français doit comparaître le 17 janvier. Il est accusé d'avoir tenu des propos négationnistes dans ses spectacles romands. Plus...

Une plainte pénale pend au nez de Dieudonné

Justice Un rapport montre que les discours de haine à l’encontre des juifs progressent. Et un spectacle, joué en janvier à Nyon, a été dénoncé à la justice. Plus...

SolidaritéS s’oppose à Dieudonné mais aussi à sa censure

Polémique Le parti critique l’humoriste, présent jusqu’à dimanche à Nyon, mais rejette l’idée d’interdir ses spectacles. Plus...

Les propos de Dieudonné seront scrutés à la loupe

Polémique L’humoriste se produira à Nyon. Le Parti nationaliste suisse viendra sur place. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.