Sa crise de jalousie va lui coûter très cher

Aéroport de GenèveL'auteure de la fausse alerte à la bombe, qui a mobilisé les forces de l'ordre le 26 juillet dernier, devra payer 90'000 francs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

90 000 francs! C'est le montant dont devra s'acquitter la femme à l'origine de la fausse alerte à la bombe qui, le 26 juillet, avait mobilisé les forces de l'ordre à l'aéroport de Genève. «Cela correspond à 145 policiers engagés à raison de 100 francs l'heure en ajoutant les frais de repas, les boissons et les deux chiens de la brigade canine», détaille le chef d'état-major de la police genevoise, François Waridel, dans les colonnes du Matin. Au total, cette facture couvre quelque 880 heures de travail, entre le 26 juillet à 21h et le lendemain après-midi.

Le 27 juillet dernier, les passagers qui se rendaient à Cointrin pour prendre leur avion se sont retrouvés face à un aéroport en état de siège. Des policiers armés de mitraillettes et équipés de gilets pare-balles contrôlaient les véhicules et pour accéder au terminal, les voyageurs devaient se soumettre à un contrôle d'identité renforcé. De longues files d'attente s'étaient formées aux principaux accès de l'aérogare. A l'origine de ce branle-bas de combat général: un appel téléphonique adressé aux douanes suisses la veille au soir et faisant état le lendemain de la présence d’une femme munie d’une bombe dans le secteur français de l'aéroport. Rappelons que le coup de fil est survenu moins de douze jours après l'attentat de Nice qui a fait plus de 80 morts.

L'enquête révèlera rapidement qu'il s'agit en réalité de l’acte d’une femme jalouse voulant punir celle qu’elle pense être la maîtresse de son mari et qui, selon ce dernier, est juste une cliente de son épicerie. Jugée le 28 juillet en comparution immédiate par le Tribunal correctionnel d’Annecy, l'auteure de la fausse alerte à la bombe, une Française d'origine turque, a été condamnée à 6 mois de prison, dont 3 ferme.

C'est la première fois qu'un tel montant est facturé par la police genevoise à un particulier pour de tels actes, relève le quotidien orange. En cas de non-paiement, François Waridel se déclare prêt à «entamer une procédure en recouvrement de dettes.» Conscient qu'il sera difficile pour cette mère de famille de régler la facture, l'officier est disposé à trouver un arrangement.

(24 heures)

Créé: 16.09.2016, 10h34

Articles en relation

L'auteure de la fausse alerte à la bombe devra payer

Aéroport de Cointrin L'Etat de Genève enverra une facture salée à celle dont l'appel a déclenché les opérations de sécurité à l'aéroport. Plus...

La femme jalouse prend 6 mois de prison dont trois ferme

Alerte à la bombe L'auteure de la fausse alerte à la bombe à Cointrin a été condamnée à 6 mois d'emprisonnement dont 3 mois ferme. Plus...

Une fausse alerte à la bombe pour une vraie crainte

Sécurité Un déploiement de force inédit a provoqué l’inquiétude des voyageurs, mardi, à Cointrin. Une femme a fait une fausse alerte à la bombe afin de punir la maîtresse de son mari. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...