La décharge est désormais assainie à Monthey

Canton du ValaisLes déchets ont rempli 7000 containers, qui ont été acheminés en Allemagne et aux Pays-Bas pour y être traités.

Jacques Melly, Conseiller d’Etat valaisan en charge du Departement des transports, de l’equipement et de l’environnement (DTEE), Mauricio Ranzi, directeur de Cimo, Stephane Coppey, president de la commune Monthey, Sebastien Meylan, Chef du projet d’assainissement du Pont Rouge et Bernard Moulin, président de la commune de Massongex, de gauche a droite, plantent 5 arbres a la suite de la cérémonie de fin de chantier sur l'assainissement de l'ancienne décharge du Pont-Rouge, à Monthey.

Jacques Melly, Conseiller d’Etat valaisan en charge du Departement des transports, de l’equipement et de l’environnement (DTEE), Mauricio Ranzi, directeur de Cimo, Stephane Coppey, president de la commune Monthey, Sebastien Meylan, Chef du projet d’assainissement du Pont Rouge et Bernard Moulin, président de la commune de Massongex, de gauche a droite, plantent 5 arbres a la suite de la cérémonie de fin de chantier sur l'assainissement de l'ancienne décharge du Pont-Rouge, à Monthey. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les travaux d'assainissement de la décharge chimique dite du Pont-Rouge à Monthey se sont achevés lundi. Lancés en juin 2012, ils ont coûté 110 millions de francs aux entreprises Syngenta et BASF propriétaires du site.

Le bilan est très positif, a communiqué lundi Cimo SA, société commune de Syngenta et de BASF et maître d'oeuvre de l'assainissement. Plus de 99% des sources de pollution ont pu être éliminées.

L'excavation de 110'000 mètres cubes de matériaux a, dans un premier temps, été menée sous un couvert de confinement étanche. Ces déchets ont rempli 7000 containers. Ils ont été acheminés en Allemagne et aux Pays-Bas pour y être traités. Certains ont pu être revalorisés dans une cimenterie suisse.

Un traitement thermique, après l'excavation, a permis d'éliminer la pollution infiltrée dans le sol. La température du sous-sol a été élevée à 100 degrés par injection de vapeur. Passés à l'état gazeux sous l'effet de la chaleur, les polluants ont été aspirés et traités par un système tubulaire inséré dans le sol.

Calendrier respecté

Les travaux ont respecté le calendrier et le budget prévus. Aucun incident sérieux n'est à déplorer, précise l'entreprise. Des analyses régulières sont prévues dès à présent pour suivre l'élimination de la pollution résiduelle. Une revitalisation biologique du site assaini est prévue.

La décharge du Pont Rouge a été exploitée par les usines chimiques de Monthey de 1957 à 1979 pour y entreposer 70'000 mètres cubes de déchets selon les techniques de l'époque. Conformément aux usages du temps, ils ont été recouverts de terre. Des investigations menées en 2005 ont confirmé la présence de métaux lourds et d'autres polluants dans le sol. La décharge a alors été placée par le canton sur la liste des sites pollués à assainir en priorité. (ats/nxp)

Créé: 13.06.2016, 13h39

Articles en relation

La décharge de Kölliken n'est toujours pas assainie

Déchets La décharge a été vidée l'été dernier, mais des analyses ont montré qu'il fallait poursuivre la décontamination. Plus...

La décharge de Gamsenried sera mieux assainie

Canton du Valais Le site contient 1,5 million de mètres cubes environ de résidus de production chimique de Lonza, déposés entre 1923 et 1978. Plus...

Une partie de la décharge de Bonfol en bonne voie

Jura Une partie du site de la décharge jurassienne pourra être remblayée, selon les autorités. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.