Passer au contenu principal

Deux procès contre AMAG et Volkswagen seront intentés depuis Genève

Me Jacques Roulet, connu pour son action d’avocat de la route, va demander des dommages et intérêts et l’invalidation de la vente.

Me Jacques Roulet
Me Jacques Roulet
Steeve Iuncker-Gomez

L’affaire Volkswagen sur le trucage des émissions de polluants de certains de ses moteurs, rebondit à Genève. Me Jacques Roulet, connu pour son action comme «avocat de la route» a déposé hier une première action devant le Tribunal de première instance.

Dans cette affaire, l’avocat défend l’acheteur d’un véhicule truqué à Genève. Il réclame des dommages et intérêt à Volkswagen SA ainsi qu’au revendeur de la marque, AMAG: 14 000 francs de perte sur la valeur de la voiture ainsi que 685 fr. liés à la surconsommation de carburant, comme l’indiquait la RTS. «Sur le plan civil, les tribunaux suisses sont compétents car le véhicule a été acheté à une entreprise genevoise par un Suisse», précise l’avocat. Me Roulet prévoit d’intenter prochainement une seconde action, toujours devant le Tribunal de première instance de Genève, pour demander l’invalidation du contrat de vente d’un autre véhicule en plaidant la tromperie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.