Dispositif de protection des mineurs en révision

GenèveMardi, le canton de Genève s'est penché sur le sort des jeunes. Il veut soutenir davantage les parents.

Mardi, Anne Emery-Torracinta, en charge du Département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse, s'est exprimée sur le soutien aux familles.

Mardi, Anne Emery-Torracinta, en charge du Département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse, s'est exprimée sur le soutien aux familles. Image: Photo d'archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Genève, le DIP veut réformer le dispositif de protection des mineurs. La réflexion se base sur quatre axes principaux, dont un plus grand soutien aux parents lors d'un divorce, afin de trouver un consensus avant toute décision judiciaire et cela dans l'intérêt de l'enfant.

La révision de ce dispositif fait partie des objectifs de législature du Conseil d'Etat, a indiqué mardi devant les médias Anne Emery-Torracinta, en charge du Département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse (DIP). «La protection de l'enfant incombe d'abord aux parents. L'action de l'Etat n'est que subsidiaire et vise à aider les parents», a souligné la magistrate.

«Limiter les risques»

Pour l'Etat, le risque existe toujours d'en faire trop ou pas assez: «C'est inhérent à la mission. L'important, c'est de limiter les risques.» Le Service de protection des mineurs (SPMi) a suivi 7288 jeunes en 2019, dont 645 ont été placés dans des familles d'accueil ou des foyers. «Avec un taux de moins de 10%, le placement relève de l'exception», a commenté Anne Emery-Torracinta.

Compte tenu de l'augmentation du nombre de divorces et de séparations conflictuelles, le SPMi, ainsi que le nouveau Service d'évaluation et d'accompagnement à la séparation parentale sont davantage sollicités par la justice pour des suivis. Mais ils ont plus de difficulté à intervenir, le conflit étant installé.

Solutions pacifiques

Face à ces constats, quatre axes de travail ont été définis. Le premier consiste à transformer les approches en matière de soutien à la séparation parentale. En 2020, la réflexion portera sur l'instauration du modèle dit «de Cochem», que l'on trouve à Bâle et, sous forme de projet pilote, à Monthey (VS) et qui vise à éviter que l'enfant ne devienne l'enjeu d'un conflit entre parents lors d'une séparation.

Cette approche mise sur la collaboration des autorités judiciaires, avocats, protection des mineurs et service de consultation pour amener les parents à trouver des solutions pacifiques. Un plan d'action sera proposé à la fin de l'année, pour une mise en oeuvre en 2021.

Révision du SPMi

Le second axe de travail vise à améliorer la qualité de l'évaluation de l'enfant en danger. Les critères seront revus pour répondre à l'évolution de la société. En parallèle, une analyse approfondie des «clauses péril», qui consistent à enlever en urgence la garde aux parents pour maltraitance grave, sera menée. Le nombre de mineurs concernés est passé de 22 en 2017 à 38 en 2019.

Le DIP veut aussi adapter l'offre du dispositif de protection, en particulier concernant la fin d'un placement. Il veut aussi lutter contre les hospitalisations dites «sociales», en décentralisant les places d'urgence. «L'hôpital coûte cher et n'est pas un lieu de vie adéquat pour les enfants», a relevé la magistrate. Enfin, la création d'un comité externe d'éthique est envisagée.

Le dernier axe de travail concerne le SPMi, qui a connu plusieurs directeurs ces dernières années et dont le personnel est surchargé. La révision des missions, de la gouvernance et du fonctionnement de ce service doit permettre au personnel d'être plus présent sur le terrain. (ats/nxp)

Créé: 28.01.2020, 14h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.