À la droite de la droite, trois partis rivalisent dans la déroute

Élections cantonales genevoisesLe bloc nationaliste sort laminé des urnes avec une UDC en recul, un MCG en chute libre et un GeM mort-né.

Le MCG a perdu dimanche 9 des 20 sièges qu'il avait obtenu il y a cinq ans.

Le MCG a perdu dimanche 9 des 20 sièges qu'il avait obtenu il y a cinq ans. Image: Frank Mentha

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On est loin des arrivées fracassantes des précédentes élections. Lors de son entrée en cortège dimanche à Uni Mail, la parade du MCG avait des allures de convoi funèbre. Malgré l’excellent score de son conseiller d’État Mauro Poggia, le parti n’a fait que fredonner un pâle Cé qu’è l’ainô, sans commune mesure avec les vociférations du passé. Une retenue reflétant la déroute électorale subie au Grand Conseil où, après trois législatures de hausse continuelle, le parti a perdu la moitié de ses suffrages en comparaison avec 2013 et près de la moitié de ses sièges pour n’en garder que onze.

Pour ne rien arranger, les cousins et les frères ennemis ne sont pas à la fête. Les sympathisants de l’UDC faisaient grise mine. Flirtant avec le quorum, le parti voit sa députation réduite à huit sièges, un étiage inédit depuis son entrée au Grand Conseil genevois en 2001. Les deux partis, qu’on a pu nommer la Nouvelle Force, devront se contenter ensemble de 19 parlementaires (contre 31 décrochés en 2013). Sécession du MCG, Genève en marche n’a pas atteint le quorum (lire ci-contre).

Une coûteuse scission

Pour les observateurs, cette scission opérée par Éric Stauffer et ses acolytes est la première justification avancée pour expliquer la débâcle du MCG au Grand Conseil. «Nous avons vécu deux ans d’attaques internes de la part d’Éric Stauffer auxquelles se sont ajoutées celles, externes, venues de députés UDC incapables de mener une politique unitaire», complète François Bärtschi, secrétaire général du MCG. «Ces guéguerres nous ont décrédibilisés, déplore la présidente Ana Roch. Nous étions peut-être parvenus à notre point culminant. Mais on a reçu un coup de poing de GeM, composé essentiellement d’anciens MCG qui sont partis avec leurs voix. Et la faible participation laisse penser que nous n’avons pas su mobiliser notre électorat.»

«Le fait que trois partis se disputent un même électorat donne un message flou, mais c’est tout de même près d’un électeur sur quatre qui a choisi ce bloc», tempère Marc Fuhrmann, président de l’UDC. Ce parti souffre aussi sans doute de la qualité de son personnel politique, comme certains l’admettent à mi-voix, même à l’interne. «La députation n’est capable que de resucer les positions nationales du parti, ce qui n’est pas crédible», critique Jocelyne Haller, de Solidarités.

«La haine finit par lasser»

Les formations ayant participé de longue date à l’Exécutif sont les héros du jour. «Les partis traditionnels ont fait du bon boulot et bénéficient d’un regain de confiance», sourit Christian Lüscher, vice-président du PLR suisse. «Le ras-le-bol antifrontaliers marche moins bien alors qu’ils ne sont plus que 2000 à arriver par an au lieu de 8000, note le conseiller d’État Pierre Maudet. La priorité à l’embauche pour les chômeurs, le contrôle du marché du travail et la lutte contre le dumping portent leurs fruits.» «Les partis seront peut-être désormais moins terrorisés par le sujet du Grand Genève», espère le maire de Saint-Julien, Antoine Vielliard.

«Le discours de haine, quand il ne donne aucun résultat, finit par lasser», se félicite pour sa part Carole-Anne Kast, présidente du PS. Son homologue au PDC renchérit: «Les populistes montrent les problèmes, mais n’ont pas de solutions», fustige Bertrand Buchs. «Ils ont beaucoup de contradictions et ça commence à se voir, complète Nicolas Walder, président des Verts. Le fait de tout orienter sur la communication finit par exaspérer les citoyens, qui ont privilégié des gens sérieux. Luc Barthassat, qui a les mêmes méthodes, en fait les frais, alors que Mauro Poggia, lui, s’en sort.» Alain-Dominique Mauris, ancien président du PLR, le relève aussi: «Il y a une césure entre Mauro Poggia et son parti.» (24 heures)

Créé: 16.04.2018, 07h41

GeM ou la fin des amours d’un élu et d’un canton

Le dimanche électoral aura pris des allures de tournée d’adieu pour Éric Stauffer. Fondateur du MCG en 2005, un parti dont il a fait défection en 2016 après avoir raté de justesse sa tentative d’en reprendre la présidence, l’ancien maire d’Onex n’a pas réussi à séduire une seconde fois les Genevois avec sa nouvelle formation, créée en septembre, Genève en marche (GeM). Ayant réuni 4,2% des suffrages au Grand Conseil, la nouvelle formation n’a pas atteint la barre fatidique des 7% qui autorise l’entrée au Parlement cantonal, un seuil que le MCG, lui, avait franchi peu après sa fondation en 2005, première marche d’une fulgurante ascension.

Dans ses statuts, GeM avait prévu sa dissolution si aucun élu n’était obtenu lors de ces élections. Éric Stauffer a fait savoir dimanche que ces statuts seraient appliqués. Lors de sa seule intervention médiatique, sur Léman Bleu, il a annoncé la fin de sa carrière politique. «Je retourne dans la citoyenneté normale», a-t-il lancé avant d’inviter à voter à droite au second tour de l’élection gouvernementale et de quitter le plateau, puis Uni Mail, en fuyant les autres sollicitations de journalistes. Le tout s’est fait sans le moindre éclat de voix et dans le plus grand calme.
Le politicien a toutefois laissé dans son sillage de nombreux incrédules. Et pour cause… Il avait notamment annoncé son retrait progressif de la vie politique en mars 2016 avant de revendiquer, un mois plus tard, la présidence du MCG, qu’il avait délaissée en 2011 et que le parti lui a refusée, à une voix près.

Le bouillant député est-il vraiment guéri du virus de la vie publique? «C’est le chemin prévu par les statuts, répond son colistier, Ronald Zacharias, autre transfuge du MCG. Éric Stauffer n’a pas vraiment le choix, je ne vois pas par quel biais il y aurait un retour possible.» Et pour lui aussi, «la politique, c’est terminé, je m’arrête net», affirme-t-il. «On ne se serait pas lancé sans y croire, mais je ne suis pas totalement surpris, commente-t-il. C’était difficile avec un quorum à 7%, et Éric Stauffer est clivant…»

Autre camarade de route de l’Onésien, Carlos Medeiros jette également l’éponge. «On est lessivés par la politique, lâche-t-il. Même dans le cas où nous aurions accédé au Grand Conseil, nous avions prévu de ne pas finir le mandat, et c’est pour cette raison que nous avions prévu de mettre des personnalités plus jeunes sur notre liste.» Pas de regret d’avoir dépensé autant d’argent pour un tel résultat? «Aucun, assure Carlos Medeiros. C’était une sacrée aventure et il fallait tout de même sortir dignement.» Une vengeance envers le MCG? «Non, mais une volonté de sortir la tête haute. Bonne chance à ceux qui continuent.» M.M.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...