Les employés de Manor au boulot le 30 décembre

GenèveLa justice a décidé jeudi de lever l'effet suspensif du recours d'Unia. Le détaillant pourra mobiliser ses troupes la veille de la St-Sylvestre.

Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Chambre administrative de la Cour de Justice de Genève a levé jeudi l'effet suspensif du recours d'Unia contre le permis de travailler le dimanche octroyé à Manor. Le détaillant pourra donc faire travailler son personnel ce dimanche 30 décembre, veille de la St-Sylvestre.

Cela n'avait pas été le cas dimanche dernier avant Noël, le recours d'Unia ayant été déposé vendredi après-midi, trop tard pour que la cour se prononce. Dans un communiqué, Manor a exprimé sa satisfaction, indiquant que cela permet de faire les préparatifs nécessaires dimanche afin de pouvoir répondre au gros volume de commandes de produits «ultra frais» pour le Nouvel An.

Unia avait déposé vendredi dernier un recours contre la décision de l'Office cantonal de l'inspection et des relations de travail (OCIRT) qui autorisait Manor à employer du personnel les 23 et 30 décembre. L'autorisation a été délivrée pour une trentaine de personnes dans le but d'effectuer des préparations de boulangerie et de boucherie pour le lundi.

Manor avait déposé lundi une demande de retrait de l'effet suspensif du recours en espérant pouvoir obtenir une décision favorable avant le dimanche 30 décembre, ce qui est chose faite. L'entreprise bâloise n'exclut pas d'agir contre Unia pour le dommage causé à la veille de Noël. (ats/nxp)

Créé: 27.12.2018, 22h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.