Passer au contenu principal

Les étudiants des hautes écoles proposent leur aide

Les étudiants de la Haute école de travail social Fribourg (HETS-FR) soutiennent des institutions et des services avec lesquels l'école collabore.

Des directions d'institutions et de services ont déjà pris contact avec la HETS-FR pour demander de pouvoir bénéficier du soutien d'un pool d'étudiants.
Des directions d'institutions et de services ont déjà pris contact avec la HETS-FR pour demander de pouvoir bénéficier du soutien d'un pool d'étudiants.
Photo d'illustration, Keystone

Privés d'enseignement présentiel, les étudiants de la Haute école spécialisée de Suisse romande s'activent à soutenir la lutte contre le Covid-19. A Fribourg, par exemple, l'émergence de nouvelles pratiques préfigure un futur davantage numérisé.

La Haute école de travail social Fribourg (HETS-FR) a lancé un appel pour établir une liste d'étudiants prêts à s'engager. «Il s'agit d'une démarche de solidarité envers les personnes vulnérables, ainsi que de soutien aux institutions et services avec lesquels nous collaborons», dit à Keystone-ATS son directeur Joël Gapany.

«La plupart des structures qui engagent nos diplômés sont actives et mobilisées pour faire face à la crise sanitaire», explique-t-il. Ici le télétravail est quasi impossible dans les institutions sociales, sachant qu'il s'agit de s'occuper de personnes handicapées, d'enfants ou de personnes âgées.

«La Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR) est aussi à disposition avec de divers soutiens aux start-up et PME au regard de la situation extraordinaire», note Hanspeter Geisseler, son responsable communication. Pour l'heure, rien de concret, mais des actions pourraient suivre les besoins.

Base volontaire

A la HEG-FR, deux tiers des étudiants suivent la formation bachelor en emploi, avec un taux d'engagement d'au moins 50%, ajoute Hanspeter Geisseler. Il n'est donc pas exclu que de nombreux étudiants continuent à travailler dans des secteurs où l'activité se poursuit.

«La démarche intervient sur une base volontaire», détaille Joël Gapany. «Il faut tenir compte du fait que certains étudiants poursuivent leur formation à distance, alors que d'autres sont déjà engagés dans les institutions et y réalisent leur formation pratique en stage.»

Des directions d'institutions et de services ont déjà pris contact avec la HETS-FR pour demander de pouvoir bénéficier du soutien d'un pool d'étudiants. Le lien avec les demandes est assuré par différents canaux, notamment les structures mises en place sur le plan cantonal.

Berne, Jura, Neuchâtel

A noter qu'une partie des étudiants proviennent du bassin BEJUNE (Berne, Jura, Neuchâtel), relève le directeur de la HETS-FR. Ils pourraient dès lors être sollicités pour mettre leurs compétences à disposition dans les trois cantons concernés.

La première semaine de suspension de l'enseignement présentiel a surtout servi à préparer les cours à distance. «La grande majorité de nos enseignements a pu reprendre en formation à distance comme prévu», précise Hanspeter Geisseler. Les outils connus (Moodle, TEAMS, Outlook, Jabber, Skype ou SWITCH) sont utilisés.

«La plate-forme d'apprentissage en ligne Moodle était déjà largement utilisée avant la période bousculée», rappelle Joël Gapany. Elle permet d'interagir en direct avec les étudiants via des forums, de déposer et de partager des documents écrits ou audiovisuels.

Vers le numérique

Des séances de travail en groupe peuvent se dérouler sur d'autres applications en ligne, telles que Microsoft Teams, Ici, la démarche permet de garder le lien «indispensable» entre enseignants, étudiants, personnel administratif et direction, et de partager les «bonnes pratiques».

La Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) intervient via des supports en ligne, des formation données à distance directement sur Moodle. Elle vient de créer, par l'entremise de son Centre de compétences numériques, un guichet permanent sur l'expérimentation numérique.

L'idée consiste à soutenir la transition actuelle des hautes écoles vers l'enseignement «digitalisé». «Le guichet vise à promouvoir la réalisation de nouveaux projets à caractère expérimental, en lien avec la transformation numérique», constate Joël Gapany.

«Les étudiants maintiennent aussi le contact entre eux pour réaliser les travaux collectifs». Dans certains cas de figure, la conduite des examens peut représenter un vrai défi lorsque ceux-ci doivent se dérouler à distance, tels des examens individuels sur table. Malgré la crise sanitaire, la période incite à développer de nouvelles compétences, insiste-t-on auprès des deux hautes écoles. «Les partenaires de terrain sont de même mis à contribution et inventent des pratiques pour contribuer à la formation de nos étudiants», conclut Joël Gapany.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.