Les étudiants s’unissent pour défendre les bourses

GenèveL’initiative soumise au vote populaire peut compter sur le soutien d’associations estudiantines, de la gauche et de syndicats.

«La diminution des bourses est une tendance générale», selon Quentin Stauffer, de la CUAE.

«La diminution des bourses est une tendance générale», selon Quentin Stauffer, de la CUAE. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un comité lance sa campagne genevoise en faveur de l’initiative sur l’uniformisation des bourses. Les initiants aimeraient voir s’élever à 20% le nombre de bénéficiaires d’une allocation et augmenter le seuil minimal de celle-ci à 1800 voire 2000 francs, subvention qu’on pourrait ajuster en fonction de la situation financière de l’étudiant. A Genève et en Suisse, ils ne sont que 7% d’étudiants à compter sur une aide cantonale à ce jour. Les montants peuvent varier du simple ou double selon le canton de résidence de l’étudiant. Une situation que l’initiative souhaite rééquilibrer. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue mardi en matinée, le comité de soutien a mis le doigt sur une «problématique sous-estimée».

Les taxes indirectes, comme l’achat de polycopiés ou les frais de laboratoire, rendent le parcours universitaire toujours plus cher, juge un doctorant à l’UNIGE. Sans soutien financier, l’étudiant doit trouver un emploi à côté de sa formation, dépassant ainsi parfois 50 heures de travail hebdomadaire. Le comité souligne les effets pervers de ces activités annexes. Bien sûr, l’emploi empiète sur le temps dédié aux loisirs, mais également sur celui nécessaire aux études. «Ils sont 23% d’étudiants à devoir prolonger leur cursus, parce qu’ils ne peuvent pas s’y consacrer suffisamment», constate Quentin Stauffer, de la Conférence Universitaire des Associations d’EtudiantEs (CUAE). Il cite des chiffres de l’OFS, démontrant qu’il y a autant de cas d’arrêt du cursus à cause d’échecs aux examens que du besoin d’un salaire pour survivre, soit environ 25%.

A Genève, on investit moins chaque année. La situation dans le canton n’est pas alarmante, mais reste toutefois en dessous des conditions minimales. «La diminution des bourses est une tendance générale», ajoute encore Quentin Stauffer. Le canton met à disposition une moyenne de 8000 francs par an par boursier, mais «l’étudiant doit encore toucher le double pour vivre à Genève», commente le membre du CUAE.

Le comité espère revenir à la situation d’il y a une dizaine d’années, alors qu’un milliard de francs était subventionné aux étudiants. Les Verts déplorent un désinvestissement de la Confédération. SolidaritéS, pour sa part, juge que les 400 à 500 millions à investir pour l’éducation selon l’initiative sont un chiffre raisonnable. Tout est question de priorités, selon le comité.

Le 14 juin prochain, le peuple votera sur l’harmonisation du système d’attribution des bourses au niveau fédéral.

Créé: 12.05.2015, 15h28

Articles en relation

Quatre objets au menu des votations du 14 juin

Scrutins fédéraux Les citoyens devront se prononcer sur le diagnostic préimplantatoire, la redevance radio-TV, ainsi que les initiatives populaires sur les bourses d'études et pour imposer les successions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.