L’expert «survivaliste» de Freysinger fait jaser

PolémiqueLe conseiller d’Etat valaisan a engagé un consultant proche des milieux d’extrême droite. Des élus sont indignés.

Le suvivaliste Piero San Giorgio diffuse régulièrement ses vidéos sur sa chaine Youtube.

Le suvivaliste Piero San Giorgio diffuse régulièrement ses vidéos sur sa chaine Youtube. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je suis habitué aux provocations d’Oskar Freysinger. Mais là, on a dépassé un stade. J’attends des réactions politiques.» La colère de Yannick Buttet (PDC/VS) vise non seulement le conseiller d’Etat UDC valaisan, mais aussi son nouveau consultant, un certain Piero San Giorgio. Le profil de l’individu en fait suffoquer plus d’un. Mardi, le chef du Département de la sécurité a présenté son groupe de travail chargé de réfléchir aux risques auxquels le Valais doit se préparer. Le projet a paru surprenant, sans plus. Mais le profil de Piero San Giorgio a attiré l’attention des médias. Jeudi, nos confrères du Nouvelliste et du Temps ont publié le résultat détonnant de leurs recherches sur ce personnage: écrivain et conférencier survivaliste, proche des milieux d’extrême droite, de l’essayiste identitaire Alain Soral comme du skinhead Serge Ayoub.

Sur les réseaux sociaux, le Milanais établi à Genève publie des photos débordant de testostérone, entre treillis militaire, gros bras et armes de guerre. Celui qui prédit la chute du monde économique en 2025 insiste dans ses vidéos et ses écrits sur la nécessité de s’armer, de se préparer à un mode de vie autonome ou encore de repérer les êtres faibles – malades chroniques ou drogués. «La violence résout tous les problèmes», affirme-t-il dans une vidéo.

«J’ai lu un de ses livres. Et notre rencontre m’a convaincu de le prendre comme expert externe dans notre démarche. Je ne le regrette pas du tout»

Dans le Nouvelliste, Oskar Freysinger assume. «J’ai lu un de ses livres. Et notre rencontre m’a convaincu de le prendre comme expert externe dans notre démarche. Je ne le regrette pas du tout.» Le Conseil d’Etat ne s’exprime pas sur une décision prise par un ministre au sein de son Département. Cependant, la présidente Esther Waeber-Kalbermatten s’est dite jeudi «profondément choquée» après avoir visionné une vidéo: «C’est un appel à la haine.»

«Très inquiétant»

Choqué, le conseiller national Matthias Reynard (PS/VS) demande néanmoins une intervention du gouvernement. «On ne peut pas laisser faire tout et n’importe quoi. Le cas est suffisamment alarmant pour prendre des mesures. C’est très inquiétant de penser que ce genre d’individu est payé par nos impôts pour tenir de grandes théories sur les dangers du Valais. Imaginer qu’il puisse influencer des décisions de politique publique me fait très peur.»

Yannick Buttet se dit écœuré et triste. «Jamais je n’ai été aussi déçu de voir que mon canton fasse appel à un tel personnage, lâche le conseiller national PDC. Je ne suis pas un ange non plus sur les questions géopolitiques, mais comment peut-on engager une personne qui prône des valeurs à l’inverse de celles du Valais et de la Suisse, l’apologie de la violence, le rejet des autres, l’antisolidarité?»

L’UDC Jean-Luc Addor, lui, ne voit pas en quoi le conseiller d’Etat a franchi les limites. Au contraire, il salue l’approche d’Oskar Freysinger, «qui se donne les moyens de réfléchir aux risques de notre société mondialisée, actuellement fragilisée à plusieurs égards. J’ai entendu Piero San Giorgio, et j’estime que ce qu’il dit sur le monde donne matière à réfléchir. San Giorgio a été appelé parce qu’il amène une réflexion. Dans ce domaine-là, je pense qu’il faut rester ouvert à toute une palette d’idées.» Le conseiller national estime que ses détracteurs se trompent de combat. «On s’en fout si Monsieur San Giorgio a donné des conférences à Résistance Helvétique! De même que je me fiche de savoir si un autre a été trotskiste: s’il a quelque chose d’intéressant à dire sur un sujet, cela n’a pas d’importance.»

Provocateur né, allergique à ce qu’il désigne comme du «politiquement correct», Piero San Giorgio s’amusait jeudi matin de ce soudain intérêt médiatique, bénéfique à la sortie de son nouveau livre. «Les ventes sur Amazon ont grimpé de 15%!» Mais dans l’après-midi, sa page Facebook est devenue inaccessible. (24 heures)

Créé: 02.12.2016, 08h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.