Passer au contenu principal

Dans le coin à champignons, tout n'est pas forcément bon

Comment sont formés les spécialistes qui évitent aux champignonneurs de s’empoisonner? La VAPKO s’ouvre à une semaine d’immersion en milieu mycologique. Reportage.

Les apprentis experts identifient toutes les espèces rencontrées, comme cette Strophaire vert-de-gris (non comestible).
Les apprentis experts identifient toutes les espèces rencontrées, comme cette Strophaire vert-de-gris (non comestible).
Sedrik Nemeth

Ces dernières semaines, la saison des champignons a débuté tôt et l’abondance de cèpes et autres délices forestiers a précipité dans la nature un bon nombre d’amateurs désireux de récolter leur part. Or la particularité de ce millésime 2019 est la sortie d’une multitude d’espèces au même moment, les pires comme les meilleures. Les spécialistes ont prévenu: au moindre doute, mieux vaut faire vérifier sa cueillette par un contrôleur certifié. Cette semaine, ces derniers sont justement en formation dans les montagnes valaisannes, à Veysonnaz. Une immersion annuelle indispensable au rafraîchissement des connaissances. C’est que le monde de la mycologie compte près de 1,5 million de références, et même les spécialistes ne tombent pas toujours d’accord sur le nom d’un spécimen. Cette formation est également ouverte aux débutants; «24 heures» s’est glissé dans les rangs des participants.

Tous les sens interviennent dans l’identification d’un champignon. Mémoriser une gamme d’odeurs est un exercice incontournable.
Tous les sens interviennent dans l’identification d’un champignon. Mémoriser une gamme d’odeurs est un exercice incontournable.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.