Les féministes se mobilisent contre le harcèlement à l'école

AbusDes comités jugent insuffisante l'enquête sur un enseignant du collège de Saussure.

Une vingtaine de femmes ont défilé en Vieille-Ville pour réagir aux affaires de mœurs qui ont ébranlé le collège de Saussure.

Une vingtaine de femmes ont défilé en Vieille-Ville pour réagir aux affaires de mœurs qui ont ébranlé le collège de Saussure. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Représentant plusieurs générations, une vingtaine de femmes ont défilé lundi matin en Vieille-Ville pour réagir aux affaires de mœurs qui ont ébranlé le collège de Saussure cette année. Une enquête administrative vient de démontrer qu'un enseignant, sans qu'aucun fait de harcèlement sexuel ne soit établi, a tout de même violé les devoirs liés à sa fonction par son comportement à l'égard de certaines élèves majeures de cet établissement, le même où Tariq Ramadan enseignait au début des années 1990.

Les conclusions de la récente investigation font bondir ces féministes. Elles se sont adressées à la présidence du Conseil d'État pour faire part de leurs griefs. «Témoins écartées, élèves non protégées», «Procédure injuste, réforme urgente», «Harceleurs: révocation!» lisait-on sur leurs pancartes. Les manifestantes ont symboliquement bâillonné au ruban adhésif une statue féminine pour illustrer leur point de vue sur la situation. «Si à la rentrée ce prof n'a pas été révoqué, on publiera un livre blanc avec tous les témoignages et on verra si les parents d'élèves sont contents», menace Rina Nissim du Comité contre le harcèlement sexuel.

Les militantes estiment que l'enseignant bénéficie d'une mansuétude excessive. «S'il ne sait pas maîtriser ses pulsions, que fait-il dans une école?» questionne Gabrielle Brodmann, soulignant le risque de chantage à la note, ou de céder à la tentation de profiter du besoin de certaines adolescentes, particulièrement si elles sont fragiles, d'admirer un adulte charismatique.

Le mouvement est aussi suivi par des jeunes, notamment une association lycéenne récemment fondée et baptisée Husteria (sic). «En commençant l'école, certaines filles apprennent d'emblée qu'il est normal de subir des blagues misogynes alors que cela ne devrait pas être le cas», exemplifie Tina Marchioni. C'est dingue de devoir encore protester contre ces comportements au début du XXIe siècle, s'insurge sa camarade, Nauni Bissonnier. Et une de ses ainées d'approuver: «Oui, surtout après des générations qui ont subi le droit de cuissage!»

Le passage au département présidentiel n'a pas permis de rencontrer le président du Conseil d'État, Pierre Maudet. Rina Nissim est tout de même satisfaite de la visite: «Sa secrétaire a eu ses trois enfants à de Saussure et ils savaient tout: ces comportements sont connus de toute la république!» (24 heures)

Créé: 16.07.2018, 13h18

Articles en relation

«Le harcèlement sexuel, c’est nier le ressenti de l’autre»

Décryptage Le phénomène reste mal appréhendé malgré la loi, déplore l’experte Véronique Ducret, qui réagit aux cas genevois dénoncés. Plus...

Les profs apprennent à dire stop au harcèlement

École Bêtes noires de l’école, les violences entre élèves sont dans le viseur des enseignants. Mais comment bien s’y prendre? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.