La Fnac ouvre trois nouveaux magasins

Vaud et GenèveFin novembre, le groupe va inaugurer des enseignes à Allaman et à Montreux. L’an prochain, ce sera le cas aux Eaux-Vives.

«Nos actionnaires font visiblement confiance à notre stratégie», se réjouit Cédric Stassi, CEO de la Fnac Suisse.

«Nos actionnaires font visiblement confiance à notre stratégie», se réjouit Cédric Stassi, CEO de la Fnac Suisse. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De six magasins en Suisse romande, la Fnac Suisse va d’ici un an passer à neuf. La nouvelle est excellente, car non seulement une cinquantaine d’emplois, réservés en priorité à des Suisses, seront créés entre la Cité de Calvin et Montreux, mais surtout elle prouve que le livre ou la photo – l’ADN du groupe Fnac – ne sont pas morts et qu’internet n’a pas assassiné le commerce physique. «La complémentarité entre le canal du web et nos enseignes nous permet par contre d’inventer de nouveaux concepts, nous explique le nouveau directeur général de la Fnac Suisse, Cédric Stassi, 45 ans. À Allaman, juste en face d’Ikea, et au Forum de Montreux, nous allons prochainement ouvrir deux magasins de quelque 1000 mètres carrés, des surfaces plus réduites que celles que nous avons à Genève ou Lausanne.»

Aux Eaux-Vives, où la chaîne va s’installer dans la future gare du Léman Express d’ici à la fin de 2019, la taille est encore plus réduite, à 300 m2. Et pour cause.

«Grâce à notre catalogue en ligne et, depuis deux ans, notre site internet www.fnac.ch où les achats sont désormais possibles, nous pouvons mettre à disposition l’ensemble de nos 2 millions de produits sans que nous n’ayons plus besoin de surfaces commerciales identiques à celles que nous avions ouvertes voilà dix-huit ans à Genève.» Loin de fermer des points de vente, le groupe, spécialisé dans la distribution de produits culturels et électroniques – autant de choses facilement accessibles sur des Amazon & Co – s’étend en Suisse romande et va continuer à le faire. Singulier par les temps qui courent… Cédric Stassi est le seul à ne pas s’en étonner. «Nous avons constaté en Suisse que neuf clients sur dix achètent dans un magasin et non pas sur internet.»

Deux canaux gagnants

Certes, un nombre croissant d’entre eux aura, avant d’acheter, consulté le site. Mais l’immense majorité préfère, une fois le choix fait, se déplacer dans l’un des magasins du groupe. Que ce soit pour un livre, un CD, un DVD, un drone et, depuis peu, du petit électroménager, l’humain chérit toujours le contact avec un vendeur et la relation tactile avec un objet. Ainsi, un client sur deux de la Fnac utilise indifféremment les deux canaux, sans que l’un n’exclue l’autre. «C’est même le contraire, affirme le nouveau directeur. Nous avons ainsi constaté que l’ouverture de nouveaux points de vente dynamise aussi les ventes en ligne dans la zone de chalandise des ces nouveaux magasins».

De Neuchâtel à Conthey (VS), de Genève à Fribourg, dans une zone où le bassin de population et le transit sont importants, Fnac Suisse a donc décidé d’étoffer son maillage d’enseignes dans les zones où elle n’est pas encore présente. Car en offrant des prix réduits de 10 à 20% sur les livres et les bandes dessinées, et ce malgré un marché helvétique de la distribution hyperprotégé, la Fnac a, dès son arrivée en Suisse en 2000, misé sur la quantité pour compenser la réduction de ses marges. La Suisse alémanique, par contre, ne fait pas partie de ses projets: une tentative décevante à Bâle avait conclu l’aventure en 2008. «Mais si nous pouvons nous développer, c’est que nos actionnaires font visiblement confiance à notre stratégie», lance encore Cédric Stassi.

Nous y voilà. L’un des actionnaires principaux du groupe Fnac – qui a fusionné en 2016 avec la chaîne Darty, spécialisée dans l’électroménager et l’électronique de loisir – s’appelle Ceconomy (ex-Metro), une société de participations allemande. Or, il s’avère que cette dernière est également propriétaire de Media Markt qui, en Suisse, entre directement en concurrence avec la Fnac sur le segment TV, PC, DVD, CD et maintenant du micro-ondes ou des aspirateurs.

Alliance avec Media Markt

La société germanique a-t-elle dès lors l’intention, en Suisse, de marier la Fnac avec Media Markt, dont les revenus sont chaque année davantage mis sous pression? La réponse du directeur général de FNAC Suisse est catégorique: «Il n’en est absolument pas question.» La concurrence entre ces deux chaînes, dans leurs affaires au quotidien, reste inchangée. Chacun chez soi. Mais leur actionnaire commun Ceconomy n’est pas resté sans rien faire. Depuis août 2018, la Fnac et Media Markt ont entamé une alliance qui porte sur l’innovation, les achats et les relations avec les fournisseurs. Cette force de frappe nouvelle permet aujourd’hui aux deux groupes européens d’être le deuxième interlocuteur mondial face à des Sony, Apple ou Samsung. Et, pour la politique de prix, ça change évidemment la donne.

(24 heures)

Créé: 10.10.2018, 21h31

En chiffres

Résultats

Le groupe Fnac Darty a réalisé un chiffre d’affaires 2017 de 7,5 milliards d’euros (+0,5%) et un bénéfice net quadruplé, à 125 millions d’euros. Les données pour la Suisse ne sont pas communiquées.

Effectifs

Le groupe compte 26 000 collaborateurs dans le monde, dont 350 en Suisse.

Adhérents

Les clients premium s’élèvent à plus de 1 million dans le monde. La Fnac Suisse vient de fêter son 250 000e adhérent.

Activités

Les revenus sont générés à 25% par le livre, 25% par la BD et 50% par l’électronique de loisir.

Articles en relation

«La Fnac recherche de nouvelles surfaces»

Distribution Directeur de Fnac Suisse, Karim Dali pense que les magasins restent indispensables et complémentaires aux ventes en ligne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...