Genève ne renonce pas à obtenir une caisse unique

Assurance maladieLe Conseil d'Etat valide un texte demandant à Berne d'autoriser les cantons volontaires à n'avoir qu'une seule entité pour l'assurance obligatoire.

Mauro Poggia, conseiller d’Etat chargé de la Santé,a persuadé ses collègues de faire valoir à Berne le point de vue genevois.

Mauro Poggia, conseiller d’Etat chargé de la Santé,a persuadé ses collègues de faire valoir à Berne le point de vue genevois. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Genève persiste à vouloir une caisse-maladie unique. A 57%, ses citoyens, comme ceux de trois autres cantons romands, avaient accepté ce principe le 28 septembre, mais s’étaient heurtés à un refus majoritaire sur le plan suisse. Le conseiller d’Etat chargé de la Santé, Mauro Poggia, a persuadé ses collègues de faire valoir à Berne le point de vue genevois.

Le Conseil d’Etat a validé mercredi un texte qui, s’il est accepté par le Grand Conseil, serait transmis aux Chambres fédérales. Genève userait ainsi de son droit d’initiative cantonale pour tenter d’obtenir du Parlement suisse une exception à la loi sur l’assurance maladie. Les cantons qui le souhaitent pourraient instaurer sur leur sol une caisse unique pour l'assurance de soins obligatoire ou en monter une avec d’autres cantons.

Mauro Poggia avait déjà fait état d'un tel projet en novembre. Dans l'esprit du ministre MCG, la caisse unique qui verrait le jour - en cas d'aval de Berne - ne serait pas forcément publique. Cette mission pourrait aussi être confiée à un assureur privé.

Créé: 21.01.2015, 17h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.