Passer au contenu principal

Genève soutient la traversée du lac et une ville apaisée

Le bouclement du périphérique est avalisé à 62%, malgré des rejets locaux. Le compromis sur la mobilité convainc largement (67,8%), au détriment de l’initiative pour la priorité aux transports publics.

Vue sur le lac Léman, depuis Cologny.
Vue sur le lac Léman, depuis Cologny.
Laurent Guiraud

Il faut soulager les zones urbaines du trafic motorisé en le rejetant sur un périphérique à bâtir et en établissant des priorités différenciées par secteurs. C’est, en quelques mots, le message qu’a délivré le peuple genevois, confronté à un grand rendez-vous électoral avec sa mobilité. Deux petits tiers des citoyens ont approuvé le principe d’une traversée du lac. Deux gros tiers d’entre eux ont plébiscité le compromis ficelé au Grand Conseil sur une vision globale des modes de transports.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.