Hani Ramadan parle dans une école et crée le malaise

PolémiqueLe Département de l'instruction publique déplore la présence du directeur du Centre islamique de Genève face à des élèves.

Hani Ramadan

Hani Ramadan Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le sulfureux Hani Ramadan a été invité récemment dans une école genevoise pour parler d'islamophobie devant des élèves de 16 à 17 ans. Une enseignante du Centre de la transition professionnelle a pris cette initiative apparemment sans en référer à sa hiérarchie, ont révélé ce jeudi Léman Bleu et Le Temps sur leur site Internet. «Il s'agit d'une initiative isolée», confirme le Département de l'instruction publique (DIP), qui déplore, à plusieurs titres, la présence d'Hani Ramadan face à des élèves.

Le directeur du Centre islamique de Genève n'est plus le bienvenu en classe. Lorsqu'il était encore enseignant au Cycle d'orientation de la Golette, à Meyrin, il avait défendu la lapidation des femmes et des hommes adultères dans une tribune libre parue en 2002 dans le quotidien français Le Monde. Le DIP avait prononcé son exclusion en 2003. «Le Conseil d'Etat avait alors conclu au licenciement, d'une part en raison de la violation par Hani Ramadan de son devoir de fidélité, et, d'autre part, en raison de l'incompatibilité de ses fonctions ecclésiastiques avec le principe de laïcité», rappelle Pierre-Antoine Preti, porte-parole du DIP.

Ce n'est pas tout. «Monsieur Ramadan étant connu comme un prédicateur militant en faveur d'une conception particulière de l'Islam, cette intervention unilatérale face à des élèves dans un cadre scolaire n'est pas compatible avec l'approche neutre et scientifique du fait religieux», ajoute Pierre-Antoine Preti.

Pour le DIP, «les positions publiques de Monsieur Ramadan sont incompatibles avec les valeurs et la mission de l'école publique édictées par la Loi sur l'instruction publique.»

Pour ces trois raisons, Hani Ramadan «est une personnalité contestée qu'il n'est évidemment pas recommandé d'inviter en classe pour parler d'enjeux sensibles réclamant, dans le contexte actuel, de la distance et du sang-froid», conclut le porte-parole.

L'enseignante a cru bien faire en invitant le représentant religieux, précise sa hiérarchie. A ce stade, elle a été convoquée pour un entretien de service.

Contacté, Hani Ramadan, par ailleurs président de l’Union des organisations musulmanes de Genève, n'a pour l'heure pas répondu à nos sollicitations.

Créé: 09.06.2016, 17h21

Articles en relation

Tariq Ramadan: «Ces actes contredisent absolument les principes de l’islam»

Débat L'islamologue suisse Tariq Ramadan s'exprime sur les attentats de Bruxelles, à l'occasion d'un débat sur la religion et les extrémismes. Plus...

Tariq Ramadan veut la nationalité française

Islam L'islamologue est souvent accusé de tenir un double discours, ouvert dans les médias et favorable aux thèses identitaires devant son auditoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.