La HES-SO Valais en quête de substituts à la viande

RechercheLa haute école valaisanne mettra son savoir-faire au service d'un projet européen cherchant des alternatives à la consommation de viande.

Le projet Smart Protein vise à créer des protéines de remplacement «durables et nutritives», explique lundi la HES-SO. (Image prétexte)

Le projet Smart Protein vise à créer des protéines de remplacement «durables et nutritives», explique lundi la HES-SO. (Image prétexte) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La HES-SO Valais a été retenue pour participer au projet européen Smart Protein, destiné à trouver des substituts à la consommation de viande. L'institut Technologies du vivant de la Haute école valaisanne travaillera principalement au niveau des contrôles de qualité.

Le projet Smart Protein vise à créer des protéines de remplacement «durables et nutritives», explique lundi la HES-SO dans un communiqué. Pour faire face à une consommation de viande accrue dans le monde, des aliments devront être réintégrés dans le flux alimentaire par un processus de recyclage.

Parallèlement, de nouveaux produits devront être élaborés à partir de plantes, notamment des fèves, des lentilles, des pois chiches et du quinoa. L'objectif est de proposer «une alternative intéressante aux produits carnés», poursuit le communiqué.

«Il faut opérer une transition afin d'habituer les gens qui mangent beaucoup de viande à consommer davantage de légumes sans trop être impactés. Sans alternative intéressante, l'acceptance au changement sera compliquée», note Wolfram Brück, professeur et chercheur à la HES-SO Valais. La Haute école sera notamment en charge de la sécurité alimentaire, ainsi que de la gestion de la production et de la qualité.

Smart Protein démarrera pour quatre ans à partir du 1er janvier prochain. Il bénéfice d'un budget de 9,6 millions d'euros (10,5 millions de francs), dont 8,2 millions sont financés par la Commission européenne. Trente-trois partenaires de l'industrie, de la recherche et du monde universitaire sont impliqués dans ce projet, piloté par l'Université de Cork en Irlande. (ats/nxp)

Créé: 18.11.2019, 22h07

Articles en relation

Dopé par l'argent européen, le Valais se met au vert

Suisse Energie Sion Région et la HES-SO Valais vont profiter de plus de 10 millions de francs venant de Bruxelles et de 2,5 millions de la Confédération pour améliorer leur utilisation de l'énergie. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...