L’immunité de Pierre Maudet est levée

Grand ConseilJeudi soir, le parlement a tranché sur la demande du Ministère public visant le conseiller d’État PLR.

Pierre Maudet lui-même s’est déclaré favorable à la levée de son immunité.

Pierre Maudet lui-même s’est déclaré favorable à la levée de son immunité. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que le parlement est d’ordinaire divisé sur la plupart des sujets, la levée de l’immunité parlementaire du conseiller d’État Pierre Maudet ne fait pas un pli. Elle est tombée peu avant 23 heures, votée par 90 oui, contre 5 non et 5 abstentions. C’est que tout le monde la réclamait en fait, à commencer par l’intéressé lui-même, pour faire la lumière sur les accusations relatives à son voyage à Abu Dhabi en novembre 2015. Vu la nature du débat, la séance s’est tenue à huis clos, c’est-à-dire hors de la présence du Conseil d’État, du public et de la presse.

Gravité à gauche

Mais joints avant la séance fatidique, les partis motivent leur vote. À gauche, la voix est grave, «à la mesure du geste exceptionnel» accompli, explique le député d’Ensemble à Gauche Jean Batou. Pour EàG, «dès lors que le Ministère public demande la levée d’immunité pour un fait pouvant avoir un lien avec un acte de corruption touchant un magistrat, il faut l’accepter afin que la vérité sorte». Le parti se veut à la pointe du combat. Un autre de ses textes, réclamant que Pierre Maudet soit délesté de la police et de l’Aéroport, qui avait été déposé avant que le Conseil d’État lui-même n’agisse, sera discuté vendredi.

«Gravité», le terme est aussi employé par le socialiste Thomas Wenger, qui relève que «c’est la première fois qu’un conseiller d’État se voit relevé de son immunité suite à une grave accusation». Il détaille longuement ses reproches: «Pierre Maudet a évoqué un voyage privé à Abu Dhabi. C’est faux. Il tombe sous le coup d’une suspicion d’acceptation d’avantage, voire de corruption. Il a construit sciemment un mensonge répété et dissimulé la vérité aussi bien au Ministère public qu’aux élus. Il doit expliquer le but de son voyage, dire s’il est lié à l’octroi à l’entreprise Dnata d’une concession à l’aéroport. Dire aussi s’il est intervenu pour accélérer une autorisation d’exploitation pour un bar dans lequel il a fêté son anniversaire, ou en faveur du projet d’aménagement du Pré-du-Stand. Nous attendons des réponses sur ces sujets depuis des mois.» Chez les Verts enfin, Mathias Buschbeck veut que «ça avance», tout simplement: «Cette affaire est incroyablement chronophage et bloque tout. Nous ne parlons plus que d’elle. On ne sait plus à qui envoyer nos textes et dans l’administration, c’est certainement pire. Il faut vraiment que la justice fasse son travail.»

Lassitude PDC

On sent une certaine lassitude poindre dans la voix du président PDC, Bertrand Buchs, mais le reste est sans concession: «La justice doit faire son travail, mais ce n’est pas elle qui résoudra la crise politique ouverte par cette affaire, qui connaît des rebondissements tous les jours, accentuée par la longue agonie politique d’un magistrat.»

Au PLR, le chef de groupe Cyril Aellen est bref: «Le PLR est favorable à cette levée d’immunité. Il a manifesté dès la première heure le souhait que toute la lumière soit faite sur les reproches formulés envers Pierre Maudet. Cette levée, qu’il souhaite, lui permettra également de se défendre.» Le MCG François Baertschi avance en douceur. Il souligne qu’il faut savoir ce qui s’est passé, car un «élu ne peut pas accepter de cadeaux et c’est un principe à réaffirmer, même si le principal intéressé a reconnu sa faute». Il ajoute: «Le MCG ayant souvent condamné la politisation de la justice, nous n’allons pas lui dire ce qu’il faut faire.»

Le désir d’aller vite

À l’UDC, Stéphane Florey explique que son parti ne «compte pas faire obstacle à la justice. D’autant moins que Pierre Maudet lui-même réclame la levée de l’immunité.» Thomas Bläsi ajoute: «Nous estimons que les interrogations du Ministère public et de la presse justifient cette levée.» Comme Mathias Buschbeck, il manifeste le désir d’aller vite pour que le parlement puisse se consacrer à nouveau à son travail habituel le plus vite possible.

Le refus de voter une résolution EàG demandant à Pierre Maudet de démissionner et la décision du parlement de lever l’immunité du magistrat ne clôt pas le sujet au Grand Conseil. Divers textes sur «l’affaire» restent encore dans les tiroirs.

Créé: 21.09.2018, 06h44

Articles en relation

Dnata, une firme émirienne controversée à l’aéroport

Cointrin La société citée en lien avec l’affaire Maudet est régulièrement décriée en interne pour ses conditions de travail. Portrait. Plus...

Eric Stauffer livre une partie des dessous de l'affaire Maudet

Genève Le Matin Dimanche Depuis le Valais, où il s’est installé après son retrait de la vie politique genevoise, l’ancien patron du MCG prend fait et cause pour le magistrat et dévoile les coulisses du voyage à Abu Dhabi. Plus...

Maudet risque de perdre une présidence suisse

Affaire Maudet La Conférence des chefs cantonaux de Justice et Police auditionnera son président la semaine prochaine. Plus...

Pierre Maudet perd la présidence du Conseil d’État genevois et la Police

Genève Remaniement au sommet de l’État de Genève, le 2e en une semaine. Antonio Hodgers devient président du collège. La Police passe à Mauro Poggia. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...