Jugé pour avoir violé et tué une enfant de 12 ans

Canton de Genève Le procès d'un chauffeur de taxi de 42 ans s'est ouvert lundi. Il est accusé du viol et du meurtre de la fille de sa compagne en 2012.

L'affaire avait provoqué une vive émotion à Genève.

L'affaire avait provoqué une vive émotion à Genève. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le procès d'un homme de 42 ans, accusé d'avoir violé et tué une fille de 12 ans et d'avoir abusé et violenté plusieurs femmes avec qui il entretenait une liaison, s'est ouvert lundi devant le Tribunal criminel de Genève. Le prévenu conteste la totalité des faits qui lui sont reprochés.

«Je suis un monstre pour tout le monde», a déclaré à ses juges l'accusé, chauffeur de taxi de profession. L'homme, d'origine éthiopienne, qui vit en Suisse depuis qu'il a 16 ans, a passé six années en détention préventive. Il a raconté qu'à Champ-Dollon, il lui a souvent été difficile d'affronter le regard des autres.

L'interrogatoire de l'accusé a débuté lundi après-midi. La présidente du tribunal Isabelle Cuendet a choisi d'aborder, pour commencer, le volet des violences faites aux femmes dont est soupçonné le prévenu. Ce dernier sera entendu sur le viol et le meurtre de la jeune Semhar mardi, en principe.

Des menteuses

Devant le tribunal, l'accusé a nié en bloc. Il n'a jamais enfermé une de ses compagnes dans l'appartement où ils vivaient. Il ne lui a pas non plus imposé des relations sexuelles sous la contrainte, ni des pratiques non consenties, comme la sodomie. Il a juste admis l'avoir frappée une fois.

Le prévenu a eu souvent de la peine à s'exprimer clairement lundi. La présidente du tribunal et son avocat Vincent Spira ont dû parfois reformuler leurs questions plusieurs fois pour obtenir des réponses un tant soit peu satisfaisantes. Pour l'accusé, les femmes qui lui reprochent des violences mentent, car tout allait toujours bien.

Il connaissait la jeune adolescente

Le prévenu est jugé aussi pour le viol et le meurtre de Semhar. L'accusé entretenait une relation avec la mère de l'enfant. Il connaissait donc la victime. Selon le Ministère public, il a profité un soir d'août 2012 de se retrouver seul avec la jeune adolescente dans l'appartement où elle vivait pour abuser d'elle et la tuer.

Il a ensuite, d'après l'acte d'accusation, caché le corps de Semhar sous le lit de la chambre parentale, puis est allé dîner avec la mère de l'enfant au restaurant. Le meurtre de Semhar avait suscité une vague d'émotion à Genève et profondément marqué les habitants du quartier où habitait l'enfant.

Le Ministère public veut une condamnation pour assassinat. La défense, de son côté, va plaider l'acquittement. Le procès est programmé sur dix jours. (ats/nxp)

Créé: 04.06.2018, 20h17

Articles en relation

Une affaire sordide devant la justice

Genève Le procès d'un homme de 42 ans s'ouvre lundi devant le Tribunal criminel de Genève. Il est accusé d'avoir violé et une tué une ado de 12 ans. Plus...

Un enfant de 9 ans retrouvé mort

France Le corps sans vie d'un petit garçon portant «des traces de viol» a été retrouvé lundi dans le nord de la France et un homme de 27 ans placé en garde à vue. Plus...

Écroué pour le meurtre d'Angélique

France Le quadragénaire, déjà condamné en 1996 pour un viol sur mineure, a été inculpé et écroué à Lille dans la nuit de lundi à mardi, pour le meurtre de la jeune adolescente de 13 ans. Plus...

Viols d'enfants: la justice veut aller plus vite

Inde Le viol d'une fillette de 8 ans secoue le pays et met les autorités indiennes sous pression. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.