«Ce sera le jugement de la jeunesse qui lutte pour sa survie»

ProcèsLes témoins voulus par la prestigieuse défense des activistes du climat ont été refusés. Tous sauf un: Jacques Dubochet.

Les activistes peuvent compter sur une solide brochette d’avocats parmi lesquels les anciens bâtonniers Mes Antonella Cereghetti et Christian Bettex ou encore Mes Irène Wettstein et Raphaël Mahaim (de g. à dr. au premier rang).

Les activistes peuvent compter sur une solide brochette d’avocats parmi lesquels les anciens bâtonniers Mes Antonella Cereghetti et Christian Bettex ou encore Mes Irène Wettstein et Raphaël Mahaim (de g. à dr. au premier rang). Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après les actions chocs, les condamnations pénales et les recours, place au procès. Début janvier, douze activistes du collectif Lausanne Action Climat seront jugés à Lausanne pour un simulacre de partie de tennis dans les locaux de Credit Suisse à Saint-François.

Il y a pratiquement une année jour pour jour, pour dénoncer les investissements du géant bancaire dans les énergies fossiles et leur impact sur l’environnement, les activistes avaient fait irruption dans la succursale déguisés en joueurs de tennis. Une heure et demie durant, sans violence, ils avaient pris la banque pour le central de Wimbledon. Une activité pas choisie au hasard puisqu’il s'agissait de dénoncer le choix de Roger Federer de prêter son image, qui attire la sympathie, à la banque.


Lire aussi: Oser plus que le simple coup de com


Condamnés à une amende totale de 216'00 francs, les activistes avaient fait recours, ouvrant la voie à un procès au Tribunal de police. Une échéance qui ne les impressionne pas. «Nous sommes face à une menace d’une ampleur sans précédent. Faire pipi dans sa douche, rajouter trois éoliennes et mettre du quinoa dans sa salade ne permettront pas de la surmonter! Il faut un changement de mentalité majeur. En janvier, ce n'est pas une violation de domicile qui sera jugée. Ce sera le jugement de la jeunesse qui lutte pour sa survie», lance Paul Castelain, 22ans, l’un des jeunes condamnés.

Tour de chauffe

Pour leur défense, les apprentis joueurs de tennis peuvent compter sur des conseils dont rêvent tous les justiciables. Sensibles à la cause, treize avocats parmi lesquels de véritables pointures, dont deux anciens bâtonniers, ont proposé de les défendre gratuitement («24heures» du 18 juillet dernier). «Nous estimons que ces jeunes ont agi en état de nécessité. Ils veulent préserver un bien juridique, la Terre, d’un danger imminent: le réchauffement climatique. Si l’avenir de la planète n’est pas prépondérant, on ignore ce qui pourrait l’être», relève l’ancienne bâtonnière, Me Antonella Cereghetti, à l’heure de la présentation de la stratégie judiciaire de l’armada.

Dans un véritable tour de chauffe de l’audience (publique) à venir, les ténors du barreau ont avancé leurs arguments, rappelant au passage l’urgence climatique, et présenté (une partie) de leurs plaidoiries. Un cours de droit accéléré que Me Christian Bettex, également ancien bâtonnier, ponctuait en exposant l’un des enjeux principaux du procès. «Nous devons défendre cette cause en la transformant. On parle beaucoup de désobéissance civile, mais nous sommes en présence de lanceurs d’alerte qui évoquent un problème global et qui doivent justifier qu’il n’y a pas d’autres moyens de faire passer leur message que leurs actions. Le problème est connu depuis des décennies, notre maison brûle toujours, nous continuons à regarder. Il ne reste que des actions de ce genre. Si ces activistes sont considérés comme des lanceurs d’alerte, ils ne sont pas coupables. Ils ne peuvent donc pas être condamnés.»

Deux procès, un président

En plus de son plan de bataille, la défense a détaillé la liste de tous les témoins qu’elle avait prévu d’appeler à la barre. Des climatologues, l’ancien vice-président du GIEC, des scientifiques, une économiste et un banquier, de quoi promettre de belles passes d’armes. Qui n’aura peut-être pas lieu. «À l’exception de Jacques Dubochet, le président les a tous refusés, argumentant que leur opinion est déjà connue. Mais il laisse entendre qu’il pourrait finalement se laisser convaincre», soupire Me Irène Wettstein. L’exception accordée au Nobel de chimie est une énigme, même pour ces pros du droit.

Détail piquant: le président du tribunal en question statuera, lundi prochain, sur une autre affaire de ce genre qui concerne également Credit Suisse (lire ci-contre). Là aussi, le magistrat a refusé tous les témoins de la défense. Interpellé jeudi après-midi, le tribunal n’a pas donné suite.

Créé: 28.11.2019, 20h03

Plainte retirée dans une autre affaire

Même banque, autre affaire. Le 15 mars dernier, en marge de la grève pour le climat, un jeune activiste avait apposé une main pleine de peinture rouge sur la paroi de la succursale de Credit Suisse pour dénoncer les «activités écocidaires» de la banque, qui avait porté plainte. Loris sera jugé lundi après-midi. Et ce bien que Credit Suisse a retiré sa plainte. Car l’infraction retenue, le «dommage à la propriété à l’occasion d’un attroupement formé en public» (CP 144 al.2) est poursuivie d’office.

«La banque s’est vraisemblablement rendu compte de l’inadéquation de sa plainte pénale. C’est peut-être également le signe d’une prise de conscience de la problématique environnementale de la part de Credit Suisse, la place financière suisse produisant vingt fois plus de gaz à effet de serre que les émissions domestiques de la Suisse», expose Me Xavier Rubli, l’avocat de l’activiste. L’audience aura donc lieu sans partie plaignante. Et sans témoin.

«Tous ceux que nous avons souhaité entendre, notamment la climatologue Martine Rebetez et le conseiller aux États sortant Robert Cramer, ont essuyé un refus du président», poursuit l’avocat, qui reformulera sa requête en ouverture d’audience. Quant à la banque, elle ne commente pas les affaires en cours.

Articles en relation

Près de 120 activistes du climat condamnés

Justice Des militants d’Extinction Rebellion ayant participé à des blocages veulent poursuivre le débat dans l’arène judiciaire. Plus...

Action choc contre les investissements de Credit Suisse

Genève Des activistes pour le climat «condamnés à mort» se sont mis à genoux devant l’enseigne de la banque au centre-ville de Genève. Plus...

21'600 francs d'amende pour une partie de tennis sauvage

Activisme Des membres du collectif Lausanne Action Climat viennent d’être condamnés pour une action menée au Credit Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...