Le Laboratoire des matériaux de construction fête un siècle d’étude du béton

EPFLL’un des plus vieux labos de l’École polytechnique fédérale a notamment travaillé sur la rénovation des barrages du Grimsel

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un anniversaire en béton. À l’EPFL, le Laboratoire des matériaux de construction souffle ses cent bougies. Pour marquer le coup, l’un des plus vieux labos de l’école a ouvert ses portes au public vendredi. S’il étudie tous les matériaux qui servent à la construction, des parois en verre du siège de l’ONU à la dérive du bateau Alinghi, le labo est spécialisé dans le béton. L’occasion d’en apprendre plus sur ce matériau dont la production mondiale avoisine les 4200 millions de tonnes par an. La directrice du laboratoire, Karen Scrivener, fait le point.

Entre les routes, les barrages, les infrastructures et les ponts, le béton est partout. Pourrait-on s’en passer aujourd’hui?

Non, car aucun autre matériau ne pourrait se substituer au béton au vu des quantités utilisées. On entend par exemple certaines personnes dire qu’il faut tout construire en bois. Mais, au niveau mondial, c’est loin d’être réaliste, il n’y en a tout simplement pas assez. En outre, le béton a comme avantage de pouvoir être conçu n’importe où dans le monde et il est très bon marché.

On sait le matériau très polluant à fabriquer. Va-t-on vers un béton plus écologique?

On a tendance à focaliser sur les 10% des émissions de CO2 en lien avec les activités humaines dont est responsable le béton pour sa fabrication. Cela semble énorme, mais le béton est absolument partout, la demande est gigantesque. Il faut donc nuancer. Si le béton devait être remplacé par un autre matériau, le ratio ne serait pas meilleur. Pour autant, nous faisons des efforts pour produire un béton moins gourmand en énergie.

Le pont Morandi, en béton, vient de s’effondrer.Quel regard portez-voussur ce drame?

En l’occurrence, le problème n’est pas le béton mais la façon dont il a été utilisé, la façon dont il a été entretenu. Et le problème est plus lié à l’acier, à la corrosion, qu’au béton lui-même.

Le béton d’aujourd’huiest-il le même que celuid’il y a soixante ans?

Le béton n’est pas un matériau unique mais l’assemblage d’une grande gamme de matières. Il y a quelques décennies, on avait moins de connaissances sur le résultat, ses propriétés, telles que sa résistance. Aujourd’hui, on maîtrise mieux le produit et sa qualité.

Créé: 18.08.2018, 10h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...