Le leader des cogneurs de St-Jean restera en prison

GenèveLe meneur de la bande ayant laissé deux trentenaires pour morts aujourd'hui gravement handicapés demandait sa libération jusqu'à l'épuisement des recours.

Le Tribunal fédéral.

Le Tribunal fédéral. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le jeune homme de 20 ans condamné à 15 ans en première instance pour l'agression de Saint-Jean reste en détention pour motifs de sûreté, a tranché le Tribunal fédéral. Considéré comme le meneur de la bande, il demandait sa libération jusqu'à l'épuisement des recours.

Sur requête du Ministère public genevois qui craignait la fuite des deux prévenus, leur arrestation immédiate avait été ordonnée par le Tribunal criminel dès le verdict le 13 mars dernier. Jusque-là, ces hommes étaient restés en liberté.

Cette mesure contestée par l'accusé le plus lourdement chargé a été confirmée par la Cour de justice du canton. Les sûretés fournies - dépôt des passeports par plusieurs membres de sa famille, caution - ayant été jugées insuffisantes vu ses faibles attaches avec la Suisse.

Dans un arrêt publié vendredi, le Tribunal fédéral soutient la position genevoise. Il remarque que le recourant conteste uniquement le risque de fuite, et non l'existence de lourdes accusations à son encontre - deux tentatives d'assassinat, agression et vol.

La donne a changé

Même si la mise en détention de l'intéressé a été refusée à deux reprises par le passé, le jugement de première instance a changé la donne, estiment les juges de Mon Repos. La peine de 15 ans, même si elle est contestée en appel, donne une idée de la durée que le recourant pourrait au final passer en prison. Dans ces conditions, les autorités genevoises étaient fondées à revoir leur position.

A cet égard, la justice du canton a estimé que les mesures prises jusque-là pour garantir la comparution de l'accusé - bracelet électronique, obligation de se présenter à la police et dépôt des papiers d'identité - étaient désormais insuffisantes. L'immaturité et l'impulsivité du jeune homme font craindre à juste titre, selon la haute cour, qu'il ne fuie à l'étranger.

Comparaissant avec un autre membre de la bande, l'accusé a été condamné à 15 ans de prison, un verdict qui n'est pas définitif. En janvier 2017, les deux hommes s'étaient acharnés en compagnie de trois mineurs sur deux trentenaires rencontrés par hasard dans le quartier de Saint-Jean.

Les victimes avaient été laissées pour mortes et sont aujourd'hui gravement handicapées. Dans les semaines précédentes, la bande avait déjà commis une série d'agressions gratuites. (arrêt 1B_168/2019 du 30 avril 2019) (ats/nxp)

Créé: 10.05.2019, 12h00

Articles en relation

Frustrations au procès de l’agression de Saint-Jean

Tribunal criminel Stratégie délibérée ou incapacité à s’expliquer? Le deuxième prévenu n’a pas permis de lever les incompréhensions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.