Passer au contenu principal

Les maçons manifestent dans plusieurs villes

Le secteur de la construction exige une nouvelle convention nationale.

A Genève aussi, les maçons défilaient.
A Genève aussi, les maçons défilaient.
Keystone

A Neuchâtel, ils étaient quelque 500 maçons à protester mercredi à Neuchâtel, pour obtenir des négociations avec le patronat sur le renouvellement de la convention nationale et sur la retraite à 60 ans. Ils ont débrayé dès l'aube et défileront au centre-ville en début d'après-midi.

Le mouvement a été particulièrement bien suivi, a estimé Edy Zihlmann, secrétaire syndical, lors d'un point presse. Au minimum 80% de la nonantaine de chantiers neuchâtelois sont à l'arrêt. Des ouvriers neuchâtelois oeuvrant sur des chantiers dans d'autres cantons se sont joints au mouvement.

Jura mobilisé

Comme à Genève et à Neuchâtel, les travailleurs de la construction du Jura et du Jura bernois ont lancé mercredi une action de protestation pour exiger du patronat des négociations pour une nouvelle convention nationale du secteur principal de la construction. A l'appel du syndicat Unia Transjurane, les maçons se rassembleront en fin de matinée sur la place de la Gare à Delémont.

«Du courage, il en faut pour être ici», a déclaré mercredi Arménio Cabete, secrétaire syndicat d'Unia Transjurane devant près de 300 ouvriers. «Ce n'est que le début, nous allons gagner cette lutte», a-t-il ajouté avant le début d'un cortège dans les rues de Delémont.

«Il ne s'agit pas d'une grève, mais d'une mobilisation du secteur de la construction», a précisé à l'ats la secrétaire régionale d'Unia Transjurane Emilie Moeschler. Les travailleurs ont pris congé ou ont puisé dans leur solde d'heures supplémentaires pour participer à cette action qui doit s'achever vers 15h.

Chantiers à l'arrêt

Ce mouvement entraîne des perturbations. Une vingtaine de chantiers du Jura et du Jura bernois sont à l'arrêt, a souligné la responsable d'Unia Transjurane. Le Jura et le Jura bernois comptent environ 2000 ouvriers de la construction.

La convention nationale arrive à échéance à la fin décembre. Les syndicats souhaitent son renouvellement avec des améliorations. Ils demandent en particulier le maintien de la retraite à 60 ans, plus de protection, notamment en cas d'intempéries, et une lutte plus efficace contre la sous-enchère salariale.

La Société suisse des entrepreneurs (SSE) propose de reconduire en l'état la convention nationale ce que refuse le syndicat. Le scénario le plus probable est un vide conventionnel.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.