Manifestations pro-kurdes à Genève, Berne et Lucerne

SuisseUn millier de personnes, dont plusieurs personnalités politiques, ont manifesté à Genève contre l'invasion turque du nord de la Syrie.

Les manifestants à Genève ont dénoncé les crimes de guerre commis par le régime de Recep Tayyip Erdogan depuis le début de l'offensive.

Les manifestants à Genève ont dénoncé les crimes de guerre commis par le régime de Recep Tayyip Erdogan depuis le début de l'offensive. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Genève, Berne et Lucerne, des manifestations ont eu lieu samedi après-midi en soutien aux populations kurdes du nord de la Syrie. Les participants ont dénoncé l'invasion et les bombardements par la Turquie dans cette région frontalière.

A Genève, la manifestation était organisée par le Centre kurde des droits de l'homme, le Groupe pour une Suisse sans armée, la Communauté genevoise d'action syndicale et les partis socialiste, les Verts et Ensemble à Gauche.

Les participants, au nombre d'un millier environ, ont dénoncé les crimes de guerre commis par le régime de Recep Tayyip Erdogan depuis le début de l'offensive, le 9 octobre, après le retrait des forces américaines.

Le cortège est parti du square de Chantepoulet, proche de la gare, et a rejoint dans le calme, selon la police genevoise, la Place des Nations. Plusieurs personnalités politiques étaient présentes, dont le conseiller administratif de la Ville de Genève Rémy Pagani.

A Berne, ils étaient également un millier à demander l'arrêt immédiat des hostilités et des exportations d'armes ainsi qu'un gel des éventuels avoirs du gouvernement turc en Suisse. A Lucerne, 600 à 700 personnes sont descendues dans la rue.

Hormis quelques perturbations momentanées du trafic, la police ne signalait pas de problème majeur lié à ces cortèges. A Berne toutefois, les forces de l'ordre ont barré la route aux manifestants qui voulaient se diriger vers l'ambassade des Etats-Unis, accusés d'avoir «donné le signal de l'attaque». (ats/nxp)

Créé: 19.10.2019, 19h30

Galerie photo

La Turquie veut une «zone de sécurité» à la frontière avec la Syrie

La Turquie veut une «zone de sécurité» à la frontière avec la Syrie Après avoir forcé le retrait des forces kurdes du nord de la Syrie, Ankara, aidé de Moscou, prend peu à peu position et fait face aux Forces démocratiques syriennes.

Articles en relation

Ankara et les Kurdes s'accusent de violer la trêve

Syrie Selon la Turquie, les forces kurdes ne respecteraient pas l'accord de trêve dans le nord-est de la Syrie négocié jeudi avec les USA. Plus...

Erdogan menace de reprendre l'offensive

Syrie Le président turc se dit prêt à reprendre les hostilités avec les Kurdes dès mardi soir si l’accord de trêve n’est pas respecté. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.