Passer au contenu principal

Les médias contraints de réduire la voilure

Le recours au chômage partiel se généralise suite à la pandémie du Covid-19 tandis que les cahiers des journaux deviennent de plus en plus maigres.

La Liberté est par exemple passée mercredi de quatre à deux cahiers.
La Liberté est par exemple passée mercredi de quatre à deux cahiers.
Archive, Keystone

Les médias romands sont, eux aussi, touchés de plein fouet par la crise du coronavirus. Le recours au chômage partiel se généralise tandis que les cahiers des journaux deviennent de plus en plus maigres.

La Liberté est par exemple passée mercredi de quatre à deux cahiers. Le quotidien fribourgeois a justifié cette mesure par la diminution de l'actualité sportive et culturelle, ainsi que par la chute de la pagination publicitaire.

Cette diminution des recettes publicitaires est «massive», reconnaît Patrick Matthey, responsable de la communication de TX Group (ex-Tamedia), qui édite notamment 24 heures, la Tribune de Genève, le Matin Dimanche et 20 minutes.

Contacté par Keystone-ATS, M. Matthey souligne que le manque à gagner se chiffrera à «plusieurs dizaines de millions de francs» pour TX Group. «Plus la crise sera longue et plus les pertes seront importantes», ajoute-t-il.

Pour tenir le choc, le groupe zurichois a annoncé à tous ses collaborateurs qu'il devait recourir au chômage partiel. Outre une réduction des coûts, «cette mesure a pour objectif de conserver les emplois à la sortie de la crise», explique M. Matthey.

Chômage partiel

Selon les informations recueillies par Keystone-ATS, le recours au chômage partiel est évoqué dans la plupart des médias romands. Plusieurs d'entre eux ont déjà officialisé cette mesure, comme les radios de l'Arc jurassien (RJB, RJF et RTN), Radio Fribourg ou le Quotidien jurassien.

A la SSR en revanche, le chômage partiel n'est actuellement pas envisagé, relève son porte-parole Edi Estermann. Les collaborateurs inoccupés sont affectés aux différentes rédactions de l'entreprise qui ont besoin d'un soutien, précise-t-il.

Aide publique

Du côté d'impressum, on se dit favorable au chômage partiel «car il permet d'éviter des licenciements», indique Dominique Diserens, secrétaire centrale du syndicat. «Nous demandons toutefois aux éditeurs de respecter les conventions collectives de travail et de consulter les rédactions», précise-t-elle.

Impressum exige aussi une aide publique urgente. «Nous demandons que toutes les aides aux médias à l?étude au niveau de la Confédération et des cantons soient immédiatement activées. C'est le moment ou jamais d'injecter cet argent sachant que les médias assurent un service public primordial», note Mme Diserens.

Abonnements en hausse

Paradoxalement, alors qu'ils sont en train de réduire la voilure, les médias n'ont jamais été autant consultés. «Nous constatons une forte hausse du trafic en ligne et une augmentation des demandes pour les abonnements numériques», signale M. Matthey.

Le public exprime sa reconnaissance envers un titre, confirme Rémy Chételat, rédacteur en chef du Quotidien jurassien, évoquant lui aussi une hausse du nombre des demandes d'abonnement. «Les gens ne peuvent plus lire le QJ au travail ou au restaurant alors qu'ils souhaitent être davantage informés sur ce qui se passe dans leur région», remarque-t-il. La RTS cartonne aussi au niveau des audiences, à l'image de l'édition du 19h30 du 13 mars qui avait réuni 598'000 téléspectateurs pour une part de marché de 80,7% (nouveau record).

Tandis que les «fake news» affluent sur les réseaux sociaux, «la demande du public est énorme pour avoir des informations fiables», poursuit Mme Diserens. Et pourtant, la syndicaliste dit craindre que des médias ne puissent survivre à cette crise et que les journalistes se retrouvent «dans des difficultés existentielles dans leur métier.»

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.