Le meurtrier présumé de Plainpalais est connu de la justice

GenèveSelon la presse italienne, le suspect a des antécédents en Suisse liés à la drogue.

Le drame a eu lieu dimanche dernier dans un appartement de cette rue de Plainpalais.

Le drame a eu lieu dimanche dernier dans un appartement de cette rue de Plainpalais. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après le crime de dimanche dernier à la rue de la Ferme, pourquoi le meurtrier présumé s'est-il rendu en Italie? Selon la presse transalpine, l'Albanais, suspecté d'avoir poignardé une Suissesse de 55 ans à Plainpalais, s'est enfui à bord d'une voiture en Italie avec un compatriote. Ils se sont rendus dans une bourgade près de Milan où vit la propriétaire du véhicule. Le suspect, blessé à la suite de son crime, avait encore la main en sang en arrivant dans le nord de l'Italie. Il a dû se résoudre à se faire opérer dans un hôpital de la région lombarde, ce qui lui a probablement valu d'être arrêté mardi matin à sa sortie.

À Genève, les voisines de la victime, que nous avons contactées, sont toutes sous le choc: «C'était une pauvre petite femme toute mince. Gentille. Mais des gens louches passaient souvent chez elle. Des gens liés au trafic de drogue.» Son voisin, que la «Tribune de Genève» a interrogé mardi, confirmait que la victime avait hébergé dans la nuit de samedi à dimanche un «type pas net». Comme nous l'écrivons, ce locataire a vu l'homme ensanglanté s'enfuir de l'appartement vers 4h du matin. Le voisin, qui avait entendu sa voisine hurler peu avant, a ensuite découvert le corps sans vie de la malheureuse. Selon «La Repubblica», le suspect a des antécédents judiciaires liés aux stupéfiants en Suisse. Il est en attente d'extradition vers Genève.

Quelles sont les règles en matière d'extradition? Me Robert Assäel indique que la convention européenne d’extradition, conclue en 1957, à laquelle tant l’Italie que la Suisse font parties, peut s'appliquer dans ce cas: «Chaque pays s’est ainsi engagé à livrer à l’autre les individus poursuivis pour une infraction. Ici, sur requête du Ministère public genevois, la Suisse a dû demander aux autorités italiennes l’extradition de cette personne. Cette dernière pourrait s’y opposer, ce qui donnerait lieu à une procédure en Italie uniquement sur la question de savoir si les conditions de l’extradition sont remplies. Cette procédure prendrait plusieurs mois, voire plus d’un an, compte tenu des recours. Si la personne accepte son extradition, ce qui semble probable, elle pourrait arriver en Suisse dans les semaines à venir.»

Créé: 29.01.2020, 15h05

Articles en relation

Genève: une femme de 55 ans tuée à Plainpalais

Drame L'homicide a eu lieu dimanche matin. L'auteur présumé a été interpellé en Italie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...