Passer au contenu principal

Militant pro-climat condamné: «Les déprédations n'étaient pas nécessaires»

Le jeune activiste de BreakFree a été sanctionné pour les mains rouges peintes sur les murs du Credit Suisse.

Nicolas, au premier plan au centre, à la sortie du Tribunal. Le jeune militant proclimat a été condamné pour «dommage à la propriété».
Nicolas, au premier plan au centre, à la sortie du Tribunal. Le jeune militant proclimat a été condamné pour «dommage à la propriété».
Laurent Guiraud

L'urgence climatique attendra. Et peu importe si la peinture était effaçable. Nicolas, jeune militant proclimat de 23 ans, a été condamné à une peine de 10 jours-amende, à 30 francs le jour, pour dommages à la propriété.

La propriété, c'est celle du Credit Suisse, au passage de la Monnaie. Le 13 octobre 2018, en marge de la marche pour le climat dans les rues de Genève, Nicolas et d'autres militants ont peint des mains rouges sur les murs de la banque et collé des pages du rapport du GIEC. Objectif: dénoncer les investissements «massifs» du Credit Suisse dans les énergies fossiles.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.