Passer au contenu principal

Le pape a plaidé pour l'unité des chrétiens

Pour sa visite «historique» en Suisse, le pape François a incité les fidèles à marcher ensemble.

Le pape a dit la messe devant plus de 30 000 fidèles.
Le pape a dit la messe devant plus de 30 000 fidèles.
Georges Cabrera

Le pape François a ancré par sa venue «historique» à Genève l'attachement de l'Église catholique à l'unité des chrétiens, qu'il appelle à «marcher ensemble«. Mais sa messe n'aura pas fait salle comble.

Tout au long de la journée de jeudi, le pape François a insisté sur le dialogue avec les autres chrétiens, à l'occasion des 70 ans du Conseil œcuménique des ÉEglises (COE) qui regroupe environ 350 Églises membres.

«Ce n'est qu'on ensemble qu'on marche bien», a affirmé le Saint-Père. Qualifiée d'«historique» à l'avance par le COE, cette visite a constitué une «inspiration» pour l'oecuménisme dans le monde, a affirmé de son côté le secrétaire général Olav Fykse Tveit.

En fin de journée, le pape a célébré une messe devant 30'000 personnes selon la police, 37'000 d'après le diocèse, moins que les 41'000 attendues à Palexpo. Venues surtout de Suisse romande, d'Italie et de France. Certaines étaient arrivées dès le matin.

Le Saint-Père a vanté les bienfaits du «pardon» que les chrétiens se sont accordé. «Nous pardonner entre nous» après des «siècles de controverses et de déchirures», «quel bien cela nous a fait et continue à nous faire», a insisté le pape, arrivé en papamobile électrique.

Polémiques pas abordées

Parmi les moments forts de la journée, il a béni une petite fille atteinte d'un cancer à la sortie de la chapelle du COE après sa prière oecuménique. Il aura aussi rencontré une délégation de chrétiens des deux Corées qui ont participé ensemble au Comité exécutif du COE.

Plus largement, il a appelé à la solidarité pour les plus vulnérables et dénoncé le quotidien de beaucoup de personnes, devenu comme «drogué«. Et de demander également des habitudes plus «sobres», établies sur les «relations personnelles, non virtuelles».

Lors de sa rencontre avec le président de la Confédération Alain Berset, le chef du Vatican aura demandé à la Suisse de faire ce qu'«elle sait», «désamorcer les conflits» par le dialogue.

La visite papale n'aura en revanche pas abordé les polémiques récentes au sein de l'Eglise catholique. Les demandes d'un tribunal d'abord, lancée depuis Genève par une nouvelle association de victimes de prêtres pédophiles couverts par des évêques.

Le pape François était le troisième à rendre visite au COE après Paul VI en 1969 et Jean-Paul II il y a près de 35 ans. Il est également le premier Saint-Père à s'être rendu en Suisse depuis une quinzaine d'années et la venue de Jean-Paul II à Berne. (ATS/FJ)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.