Les partis n'aiment pas le cas de la vacance unique

SuisseLes parlementaires disposent d'une moins grande marge de manoeuvre lorsqu'un seul membre du gouvernement démissionne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après l'élection de Guy Parmelin fin 2015, le Parlement devrait a priori à nouveau n'élire qu'un seul conseiller fédéral lors de la session d'automne en septembre. Il ne devrait pas y avoir de double vacance PLR. Un scénario fréquent, mais pourtant pas tant apprécié tactiquement parlant.

Les groupes parlementaires et les élus disposent d'une moins grande marge de manoeuvre lorsqu'un seul membre du gouvernement démissionne. Selon le politologue Adrian Vatter, le PLR aurait certainement préféré avoir une double vacance, cela offre un plus grand choix de candidats.

Les libéraux-radicaux se sont mis des bâtons dans les roues en souhaitant faire perdurer la tradition «un Alémanique et un Latin», estime-t-il. Il n'y a qu'un candidat romand ou tessinois qui est envisageable, estime l'expert bernois interrogé par l'ats.

Des propos qui se sont confirmés peu de temps après: le PLR a annoncé jeudi après-midi qu'il souhaitait des candidatures latines. Il a invité toutes les sections à porter des prétendants d'ici au 11 août. De longue tradition, le parti a un siège latin et un siège alémanique, a rappelé son vice-président Christian Lüscher.

Triple vacance en 1973

Depuis que la formule magique a été introduite en 1959, l'Assemblée fédérale a élu en 30 séances 44 membres du gouvernement, dont 19 lors d'une élection individuelle. Les Chambres ont dû en choisir deux à neuf reprises.

La dernière double élection date de septembre 2010. Il s'agissait de la socialiste bernoise Simonetta Sommaruga et du PLR bernois Johann Schneider-Ammann. Autre double vacance à avoir marqué les esprits, celle d'Arnold Koller et Flavio Cotti, lorsqu'ils ont démissionné en 1999.

A deux reprises, il a fallu remplacer plus de deux conseillers fédéraux simultanément. L'année 1973 a vu une triple vacance - un scénario qui ne s'est produit qu'une fois - et lors de l'introduction, en 1959, de la formule magique (2 PRD, 2 PDC, 2 PS et 1 UDC), quatre conseillers fédéraux ont été élus d'un coup. (ats/nxp)

Créé: 15.06.2017, 15h30

Articles en relation

Le Tessin veut son conseiller fédéral

Suisse Le canton italophone aimerait que l'on pense à lui en vue de la succession du PLR Didier Burkhalter. Plus...

Ignazio Cassis, un candidat qui séduit

Succession Burkhalter Le chef du groupe parlementaire PLR fait figure de favori à la succession de Didier Burkhalter. Seul le PS grince pour l'instant des dents. Plus...

Didier Burkhalter démissionne

Conseil fédéral Le ministre libéral-radical neuchâtelois, dit «avoir besoin d'écrire une nouvelle page dans sa vie». Il quittera le Conseil fédéral le 31 octobre. Plus...

Ce discret radical qui étincelait à l'étranger

Démission Burkhalter Didier Burkhalter avait impressionné lors de son année présidentielle, en 2014, par sa gestion du conflit ukrainien et de la crise avec Bruxelles. Portrait. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.