Paysans condamnés pour avoir maltraité leur ouvrier

JusticeUn Kosovar sous-payé s'était gravement blessé dans une ferme des Brenets (NE) en 2017. Ses patrons écopent de peines de prison avec sursis.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal de première instance des Montagnes et du Val-de-Ruz a condamné jeudi deux agriculteurs des Brenets (NE) à huit et six mois de prison ainsi qu'à des peines de 180 jours-amende, le tout avec sursis, pour avoir omis de porter secours à un Kosovar engagé au noir. Les paysans, une homme de 59 ans et son fils de 27 ans, ont été aussi reconnus coupables d'usure et de lésions corporelles graves par négligence, a précisé «Arcinfo».

Lors du procès, début juillet à La Chaux-de-Fonds, la procureure n'avait pas hésité à parler «d'esclavagisme moderne» en évoquant la situation de cet ouvrier en séjour illégal. Il avait été contraint de travailler jusqu'à 98 heures par semaine, sept jours sur sept, sans jamais avoir droit à un jour de congé en seize mois d'activité. Et pour un salaire de misère, selon ses dires: 2000 francs par mois, soit 5 francs de l'heure, en plus du gîte et du couvert.

Contrôles renforcés

Le 31 mars 2017, ce Kosovar âgé alors de 40 ans s'était blessé gravement au dos en chutant d'une trappe donnant sur la grange de l'exploitation. Les deux agriculteurs avaient alors refusé de le conduire à l'hôpital et l'avaient incité à mentir à la police pour expliquer son état. «Le fait que le père eet son fils n'ainent pas accompli les actes de secours qu'il convenait de prendre est particulièrement choquant», a souligné jeudi la présidente du tribunal, Muriel Barrelet, avant de prononcer le verdict.

Devant la gravité des faits, les autorités cantonales de Neuchâtel ont annoncé un renforcement des contrôles. Il s'agit notamment de faire repecter le salaire minimum, qui est cette année de 17,02 francs de l’heure dans le domaine agricole et viticole. Toute infraction aux dispositions légales entraînera une dénonciation pénale, a affirmé jeudi la Chancellerie d'Etat.

Créé: 16.08.2019, 11h35

Articles en relation

Agriculture: Neuchâtel veut lutter contre les abus

Justice Deux agriculteurs neuchâtelois ont été condamnés avec sursis pour avoir omis de porter secours à un Kosovar engagé au noir. Plus...

Accusés d'avoir employé un Kosovar 5 fr. de l'heure, 7/7 durant 16 mois

Justice Un agriculteur neuchâtelois et son fils sont jugés pour usure. Ils nient avoir engagé qui que ce soit pour s'occuper de leurs 180 bêtes et gérer leur domaine de 50 hectares. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.