Passer au contenu principal

Le photographe genevois Jean Mohr est décédé

L’artiste, connu pour son travail sur la guerre et les migrants, avait 93 ans.

Jean Mohr en 2017, lors d'une de ses expositions.
Jean Mohr en 2017, lors d'une de ses expositions.
Laurent Guiraud

Une figure majeure de la culture genevoise et suisse a disparu ce week-end. Le photographe Jean Mohr est décédé samedi à l’hôpital, a annoncé ce dimanche «Le Temps». Humaniste, surtout connu pour ses reportages de guerre et ses travaux sur les migrants, Jean Mohr avait 93 ans. Il a été emporté par un cancer.

Le futur photographe est né à Genève en 1925, de parents allemands arrivés dans la Cité de Calvin en 1919. Diplômé en sciences économiques et sociales de l’Université de Genève, le jeune homme s’engage comme délégué de la Croix-Rouge puis à l’Office des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine. Cette expérience influencera son parcours.

Revenu en Europe, il étudie la peinture à Paris, avant de se tourner vers la photographie au début des années 1950. Il travaille alors comme photographe de presse, notamment pour la «Tribune de Genève».

Grand voyageur, il collabore avec de nombreuses ONG. Il réalise des livres aux côtés de l’écrivain John Berger.

Cherchant à saisir l’instant qui incarne une situation, Jean Mohr est souvent considéré comme un humaniste, utilisant son art pour faire connaître la vie des exilés et des migrants. Sans chercher l’image choc, il rend compte de situations dramatiques sous l’angle de la vie quotidienne.

Marié en 1956 à Simone Turrettini, Jean Mohr a eu deux fils, Michel et le comédien, auteur et metteur en scène Patrick Mohr.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.