«Pierre Maudet doit démissionner»

InterviewLe conseiller national Benoît Genecand estime que le PLR doit clarifier la situation et «refuser le syndrome de Stockholm»

Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Benoît Genecand sort du bois. À dix jours d’une assemblée générale du PLR genevois, le conseiller national appelle, à titre personnel, à la démission de Pierre Maudet. Interview.

Benoît Genecand, le PLR est en crise. Que faire?

Il est temps de clarifier la situation. Dès août, et je l’ai répété à chaque comité directeur, j’ai dit à Pierre Maudet que je ne voyais pas comment il pourrait rester au pouvoir sans assumer ses responsabilités dans l’affaire qui le frappe. Pour diriger, il faut être crédible et que les gens vous écoutent. Au fil des semaines, il a perdu une grande partie de sa crédibilité. Sa position n’est bonne ni pour lui, ni pour le parti, ni pour le Canton. Pierre Maudet doit démissionner.

Pourquoi parler aujourd’hui?

Mardi, on posait enfin la question de son départ, mais vendredi, volte-face suite à l’appel interne lancé pour organiser une assemblée générale. La stratégie de la présidence, qui visait à laisser le temps à Pierre Maudet pour préparer sa démission afin de ne pas déchirer le parti, a échoué. Mais on ne peut plus mettre la poussière sous le tapis, car sur le fond rien n’a changé. L’affaire va continuer, Pierre Maudet va devoir démissionner.

Si le comité a plié, c’est aussi que Pierre Maudet compte de nombreux partisans…

Il y a un problème d’appréciation des faits. Pierre Maudet s’est convaincu et a convaincu ses partisans que si le chef était menacé, c’était de la faute de la Justice, de la presse, de la police, des institutions. Le résultat, c’est qu’on se retrouve avec une personne qui n’assume pas ses responsabilités, affaiblit les institutions en s’obstinant à rester en place et en attaque la légitimité. Pour un représentant du PLR, dont l’histoire est liée aux institutions, c’est assez singulier.

Vous ne craignez pas de vous faire beaucoup d’ennemis?

Vous craignez que je ne sois pas réélu? À Berne, Petra Gössi a dit ce qu’il fallait. Elle tremble encore à l’idée qu’un candidat avec un explosif de ce calibre dans la poche, ait osé se présenter au Conseil fédéral. Mais à Genève, personne ne bouge et c’est un gros problème pour le parti, qui se retrouve détenteur du douteux privilège d’avoir le premier magistrat de l’histoire genevoise à rester en fonction alors qu’il est mis en prévention. Il y a peut-être un risque à parler, si c’est le cas je l’assume.

Parmi les reproches faits au magistrat, lequel est vraiment déterminant selon vous?

Le voyage public, maquillé en voyage privé en ayant en poche la lettre officielle d’invitation du Sheikh, est une faute grave, qui justifie en soi sa démission. Son mensonge, organisé sur deux ans, justifie aussi sa démission. Son absence totale de considération envers le PLR lorsqu’il s’est présenté à la course au Conseil fédéral en ayant cette affaire pendante est un motif de démission. Si on ajoute ses anniversaires à l’Escobar et dans un Manotel où celui qui invite ne paye pas tout, la coupe déborde. Ces comportements indiquent une relation problématique avec l’argent et ne sont pas compatibles avec l’exercice du pouvoir.

Pour certains, ces fautes reconnues ne ternissent pas son bilan…

… qui est globalement positif, mais assez mitigé sur le deal de rue… C’est l’excuse de l’homme providentiel, du «Too big to fail» qu’on nous ressert. On a vu le résultat pour le contribuable. Et puis comme pour le cas de Guillaume Barazzone, c’est rater l’essentiel. Empocher un voyage de trois jours, valant le montant du revenu annuel de bien des salariés ordinaires ou claquer 17 000 francs en téléphone, c’est incompréhensible pour les gens normaux. Ce week-end, on a renforcé à juste titre le contrôle des fraudes aux assurances. Il serait insoutenable de se taire quand des responsables politiques font n’importe quoi. Pour eux, s’excuser suffirait pour être blanchi? Non. Géraldine Savary l’a bien compris.

Vous en voulez à Pierre Maudet?

J’ai soutenu la candidature de Pierre Maudet au Conseil fédéral et j’ai critiqué celle d’Isabelle Moret. Je suis déçu. mais il n’y a pas de vengeance. Tôt ou tard, il va devoir démissionner. Mais les membres du PLR méritent de voir que quelqu’un au sein du parti a publiquement pris position pour demander son départ avant qu’il n’y soit forcé. Le 6 décembre, le PLR genevois va parler de l’affaire. Votre pronostic? Tout est ouvert. Il peut être soutenu, mollement soutenu, mollement désavoué ou désavoué. Quel que soit le verdict, il est peu probable qu’il parte à ce moment-là. Le parti va continuer de souffrir, c’est un fait. Mais qu’au moins les tenants d’une position claire et critique s’expriment maintenant au lieu de laisser le champ libre à ceux de Pierre Maudet.

Créé: 26.11.2018, 16h44

Articles en relation

Les partis en crise peuvent au mieux limiter les dégâts

Affaire Maudet Enlisé dans le bourbier de l'affaire Maudet, le PLR genevois ne sait plus comment s’en sortir. Avant lui, le PDC et le Parti libéral ont vécu de tels tourments. Plus...

Pour préserver le PLR, son comité range les armes

Affaire Maudet Sous pression, la direction du parti genevois maintient le statu quo, alors qu’une assemblée est prévue le 6 décembre. Plus...

Affaire Maudet: Petra Gössi passe à l’offensive

Psychodrame politique «Furieuse», la présidente du PLR suisse a déclaré ce vendredi que si elle était dans la situation de Pierre Maudet, elle démissionnerait. Plus...

Pierre Maudet ne payait pas lui-même sa cotisation au PLR

Psychodrame politique Moment de vérité pour Pierre Maudet? La direction du PLR a dévoilé au Comité directeur les dessous d’une association de soutien en faveur de l’élu. Plus...

L'UDC ouvre les candidatures pour remplacer Maudet

Crise Le comité directeur qualifie de probable une élection partielle au Conseil d'Etat et de possible en Ville de Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...