Pierre Maudet perd la présidence du Conseil d’État genevois et la Police

GenèveRemaniement au sommet de l’État de Genève, le 2e en une semaine. Antonio Hodgers devient président du collège. La Police passe à Mauro Poggia.

Le Conseil d’État semble parer au plus pressé. Tandis que les appels à la démission fusent, Pierre Maudet se déclare d’accord avec les choix du collège.

Le Conseil d’État semble parer au plus pressé. Tandis que les appels à la démission fusent, Pierre Maudet se déclare d’accord avec les choix du collège. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le communiqué est sec comme un coup de trique et le nouveau président du Conseil d’État genevois, Antonio Hodgers, le lit in extenso. Premier constat: «M. Maudet a donné des informations erronées au Conseil d’État à plusieurs reprises, sous la précédente législature ainsi que l’actuelle. Il en résulte qu’il a violé les règles du Conseil d’État en matière de procédure protocolaire et de non-acceptation de cadeaux.»


Edito: Broulis et Maudet, le jeu des différences


Deuxième constat: «Dans le souci de préserver les institutions, M. Maudet a annoncé sa décision de renoncer provisoirement à la présidence du gouvernement, rejoignant en cela la préoccupation du collège.» Résultat, les attributions des élus en place sont remaniées: le département présidentiel revient à Antonio Hodgers. La Police en son entier passe à Mauro Poggia. Genève Aéroport rejoint le département de Serge dal Busco.

«Me battre pour Genève et pour mon honneur»

Factuellement, que reste-t-il à Pierre Maudet? L’Office de la détention, celui de la population et des migrations, les affaires militaires, la surveillance des communes, la direction du développement économique ou encore la Fondation d’aide aux entreprises. De son immense pouvoir ne subsistent que des miettes.

Face à cette dégradation, le magistrat PLR entend-il démissionner? «Ce serait une échappatoire à laquelle je me refuse, dit Pierre Maudet. Je souhaite continuer à contribuer à l’effort collectif et nécessaire pour Genève.» Interrogé en allemand par un confrère alémanique, il développe: «Je suis un combattant. Avec le gouvernement, je veux me battre pour Genève et pour mon honneur. C’est pourquoi je renonce temporairement à la présidence.»

Confiance ébranlée au sein du collège

Les autres membres du gouvernement ont-ils, eux, demandé à Pierre Maudet de démissionner? «Cette question ne relève pas des prérogatives du Conseil d’État», répond Antonio Hodgers. Il reconnaît toutefois que la confiance envers leur collègue a été ébranlée. «Le Conseil d’État n’est pas une autorité de sanction qui pourrait punir l’un de ses membres, ajoute-t-il. Ce n’est pas comme cela que cela fonctionne en Suisse.»

La première salve était plus douce

C’est la deuxième fois en une semaine que le Conseil d’État réunit la presse dans la foulée de la demande de levée de l’immunité parlementaire demandée par le procureur général à l’encontre de l’élu PLR. La première fois, des mesures légères avaient été ordonnées. Le collège lui avait retiré certaines fonctions ciblées, mais il avait conservé ses titres de président du Conseil d’État et du Département de la sécurité. Certes Pierre Maudet avait dû céder au vice-président le soin de représenter le gouvernement à l’extérieur ainsi que l’organisation des séances du Conseil d’État, mais il avait conservé presque toutes les commandes de la Sécurité, et notamment celles de la police.

Pourquoi durcir le ton une semaine après?

«Le Conseil d’État avait préparé ces premières mesures principalement sur la base des dénégations antérieures de M. Maudet, explique Antonio Hodgers. La nouvelle version qu’il nous a livrée le matin même puis son témoignage à Léman Bleu ont changé la donne, mais nous ne voulions pas réagir à chaud sous le coup de l’émotion. Le Conseil d’État assume pleinement le fait d’avoir pris une semaine pour se déterminer.»

«Étendre l’étanchéité» pour parer à toute critique

Questionné, Pierre Maudet assure être totalement en accord avec les décisions prises jeudi. «Je partage les mesures car leur but est de préserver au mieux l’institution, déclare-t-il. Ce qui a toujours été ma ligne de conduite.»

Le conseiller d’État PLR estime donc lui aussi nécessaire de se mettre en retrait. Y compris concernant l’aéroport. «Il n’existe aucun élément pouvant faire penser que M. Maudet a eu une influence dans l’attribution d’un mandat à Dnata, insiste Antonio Hodgers. Mais il faut étendre l’étanchéité jusque-là par gain de paix et pour éviter tout soupçon.» (24 heures)

Créé: 13.09.2018, 22h24

Les appels à la démission redoublent

Il n’y a plus grand monde à Genève pour soutenir Pierre Maudet, dont la démission est évoquée presque partout comme une évidence. «On ne peut pas le forcer à partir mais il doit prendre ses responsabilités, juge ainsi Bertrand Buchs, président du PDC. La situation est impossible, la confiance avec le reste du gouvernement est rompue.»

Chez les Verts, le président Nicolas Walder précise: «Ce départ est inévitable alors que chaque connexion nouvellement découverte vient renforcer les soupçons.» Les griefs vont jusqu’à éclabousser les autres magistrats. «Je suis choqué par les contorsions d’Antonio Hodgers quand il explique qu’ils ne lui ont pas demandé de démissionner, commente Pierre Vanek d’Ensemble à Gauche. Les a-t-il hypnotisés?» Présidente du PS, Carole-Anne Kast songe à de futures réformes. «Notre système doit maintenant réfléchir aux moyens de se doter d’outils pour, dans certaines situations, pouvoir suspendre ou révoquer un élu, estime-t-elle. Cette affaire montre que les cadeaux ne doivent jamais être admis, tant leur acceptation nourrit forcément les soupçons de partialité, ce qui est intenable pour nos institutions.» «Politiquement, il n’a plus de crédibilité, enchaîne Céline Amaudruz, son homologue à l’UDC. Le PLR suisse l’a lâché et la section genevoise le fera bientôt. Une élection partielle me semble inévitable et elle risque d’être remportée par la gauche, ce qui m’inquiète.»

Dans ce concert furieux, de rares voix tranchent. Comme celle de la présidente du MCG: «Je n’ai jamais demandé sa démission, car l’enquête est en cours», tempère Ana Roch. «Que les partis adverses crient à la démission fait partie du jeu politique, mais je les appelle à respecter la séparation des pouvoirs et la présomption d’innocence, invoque Alexandre de Senarclens, président du PLR. Manifestement, ils ont mis sous pression leurs magistrats. Je ne comprends pas quels faits justifient ce nouveau dépeçage des attributions de Pierre Maudet.» Marc Moulin

Petra Gössi pousse Maudet vers la sortie

Pour sauver sa peau politique, Pierre Maudet ne pourra pas compter sur le soutien du PLR suisse. Après avoir tergiversé en disant que c’était une affaire locale, la présidente Petra Gössi a mis jeudi les points sur les i. «Je suis déçue de Pierre Maudet. Un esprit libéral se doit de dire la vérité. De par sa fonction de conseiller d’État, il doit donner l’exemple. Je me suis efforcée ces dernières années à montrer que le PLR est un parti populaire qui s’engage pour la Suisse et les gens et non pas pour son profit personnel. Voilà pourquoi nous approuvons une enquête sans ménagement sur cette affaire.»

Le PLR, qui vole de victoire en victoire dans les élections cantonales, n’a pas envie qu’on lui recolle sur le front l’image de parti «affairiste» qui lui avait fait tellement de mal par le passé. Surtout que Maudet n’est pas le seul cas. Un autre ministre PLR, Pascal Broulis, est aussi sous enquête à cause de frais de voyage. Petra Gössi a tout de suite affirmé que les deux choses n’avaient rien en commun.

Petra Gössi, qui a eu Pierre Maudet deux fois au téléphone,
lui a-t-elle demandé de démissionner? «Non. Il appartient au PLR genevois et à Pierre Maudet de savoir ce qu’il convient de faire. Maudet a subi une perte de confiance. Est-ce compatible avec sa capacité d’action
de ministre ou doit-il réfléchir à en tirer les conséquences?»

Quand on traduit le discours de Gössi en termes clairs, cela veut dire qu’elle pousse Maudet vers la sortie.
Arthur Grosjean

Articles en relation

Les partis réagissent au retrait de Pierre Maudet de la présidence

Genève Pierre Maudet renonce provisoirement à la présidence du gouvernement genevois, reprise par Antonio Hodgers. La police passe à Mauro Poggia, l'Aéroport à Serge Dal Busco. Revivez notre direct. Plus...

L’étau continue à se resserrer sur Pierre Maudet

Politique La commission de contrôle de gestion demande de lui retirer la police et l’Aéroport durant la durée de l’enquête du Ministère public. Plus...

Maudet avait informé Longchamp d’un séjour semi-officiel

Voyage à Abu Dhabi Deux mois et demi avant son déplacement aux Emirats, Pierre Maudet avait informé le président du Conseil d'Etat de l'époque qu'il rencontrerait des personnalités officielles. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...