Pierre Maudet ne fera pas recours au Tribunal fédéral

JusticeLe magistrat renonce à recourir suite au rejet de sa demande de récusation des procureurs. Ses avocats s’expriment.

La procédure judiciaire concernant le voyage de Pierre Maudet devrait reprendre.

La procédure judiciaire concernant le voyage de Pierre Maudet devrait reprendre. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La semaine dernière, la Chambre pénale de recours a rejeté la demande de récusation des procureurs formulée par Pierre Maudet et ses avocats dans l’affaire du voyage à Abu Dhabi. Grégoire Mangeat et Fanny Margairaz, les avocats du magistrat, lèvent le voile sur la suite de la procédure.

La chambre pénale de recours a rejeté votre demande de récusation des procureurs en charge de l’instruction. Qu’allez-vous faire?
Monsieur Maudet a décidé de ne pas faire recours au Tribunal fédéral (TF). Sa décision, il l’a prise seul, pendant le week-end.

On a connu le conseiller d’État plus vindicatif. Pourquoi abandonner à ce stade?
L’une de ses grandeurs, c’est précisément de se battre, ce qu’il continue de faire. Cependant, bien que le Code de procédure pénale n’impose pas une suspension de l’instruction pendant la durée de la procédure de récusation, les procureurs en charge de l’affaire ont décidé de ne plus rien faire tant que cette question ne serait pas tranchée. La procédure a ainsi été gelée, dans les faits, pendant quatre mois. Si Pierre Maudet avait décidé d’aller au Tribunal fédéral, rien ne se serait plus passé pendant plusieurs mois. Dans ces conditions, c’est le désir de notre client de voir l’instruction avancer et de pouvoir établir son innocence le plus rapidement possible qui a prévalu et qui l’a amené à faire ce choix.

Est-ce un moyen de rester dans l’ombre et de ne pas faire trop parler de lui, à quelques semaines de la date de l’obtention de sa rente?
Si le repos médiatique avait été son objectif principal, Monsieur Maudet aurait recouru. On l’aurait un peu laissé en paix quelques mois supplémentaires. Sa démarche ne procède donc d’aucun calcul.

Soutenez-vous ce choix?
Nous respectons pleinement la décision de notre client. Même si nous regrettons que le Tribunal fédéral, faute de recours, n’ait pas l’occasion de porter un regard sévère sur le comportement des procureurs qui ont transmis au Conseil d’État des extraits d’un procès-verbal d’audience.

Pourtant, la chambre pénale de recours a estimé qu’il n’y avait rien d’illégal dans cette démarche.
Nous maintenons qu’il s’agissait là d’une violation du droit inacceptable, qui portait en elle le risque d’une instrumentalisation de la procédure pénale à des fins politiques. Monsieur Maudet a offert de collaborer, alors qu’il avait le droit de se taire. Il a parlé. Il a porté un regard lucide et courageux sur son comportement. Il pensait être protégé par les principes, la présomption d’innocence, l’indépendance de ses procureurs, et les murs du huis clos. Or il n’en était rien. Il a été trahi par ses procureurs, qui ont livré ses mots intimes vers l’extérieur. Nous détestons profondément cette violence judiciaire. Elle bouscule les principes sans se soucier des déséquilibres plus profonds, plus sourds, qu’elle provoque à plus long terme pour notre État de droit. Désormais, Monsieur Maudet est averti: son choix de parler ou de se taire devant ses procureurs ne sera plus jamais libre. Il sera constamment pollué par le risque de voir ses déclarations être transmises à des tiers, hors les murs du Ministère public.

Insinuez-vous qu’il refusera désormais de répondre aux questions?
Non, notre client a toujours collaboré à l’instruction et il entend continuer de le faire, mais nous serons désormais défiants. Jusque-là, notre client était d’accord de répondre à toutes les questions, y compris à celles relevant de la seule appréciation morale.

Qu’avez-vous pensé de l’ordonnance de classement de Guillaume Barazzone?
Nous n’entendons pas nous prononcer sur une affaire dans laquelle nous n’intervenons pas comme avocats. De toute façon, les faits sont différents, hormis la destination finale du voyage. Aucun parallèle très éclairant ne peut être fait entre ces deux procédures.

La procédure judiciaire va désormais pouvoir reprendre. La prochaine étape pourrait être une nouvelle mise en prévention de Pierre Maudet pour avoir accepté des soutiens financiers de la part du groupe Manotel?
Le Grand Conseil a déjà voté l’extension de la levée d’immunité. La suite parfaitement normale de la procédure est qu’il soit convoqué en qualité de prévenu pour être entendu sur ces faits prochainement. Ce volet, c’est celui du financement des partis et de l’action politique, en Suisse. Nous ne laisserons pas Monsieur Maudet se laisser enfermer dans un coin, comme bouc émissaire d’un système qui a toujours été cultivé dans notre pays, en dépit de son opacité.

L’instruction pourrait durer encore une bonne dizaine de mois au moins. Pierre Maudet est-il prêt à tenir jusque-là?
Nous savons que ses efforts pour comprendre et mieux expliquer la situation difficile dans laquelle il s’est mis sont importants et sincères. Entre novembre 2018 et janvier 2019, Monsieur Maudet et sa famille ont essuyé plusieurs centaines d’obus, souvent haineux. S’il a réussi à se relever de cela, nous pensons qu’il pourra se relever d’à peu près tout.

Créé: 29.05.2019, 07h18

Articles en relation

Affaire Maudet: les procureurs pas récusés

Genève C'est un nouveau revers judiciaire que vient de connaître le conseiller d'Etat genevois, mercredi. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.