Une plainte est déposée contre l'évêque Morerod

Église catholiqueL'affaire d'agressions sexuelles qui touche actuellement le curé de la cathédrale de Fribourg ne restera pas sans conséquences pour l'évêque.

L'évêque Charles Morerod avait été informé en 2011 d'abus sexuels par un de ses prêtres.

L'évêque Charles Morerod avait été informé en 2011 d'abus sexuels par un de ses prêtres. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Association suisse des libres penseurs dépose une dénonciation contre l'évêque Charles Morerod pour entrave à l'action pénale. La plainte s'inscrit dans le contexte de l'affaire du curé de la cathédrale de Fribourg soupçonné d'abus sexuels.

L'action repose sur le fait que l'évêque a été informé en 2011 par une organisation d'aide aux victimes des agressions sexuelles d'un prêtre catholique qui était sous son autorité. L'infraction d'entrave à l'action pénale est réalisée à condition qu'il puisse être confirmé que ce transfert d'informations a effectivement eu lieu, a indiqué mardi l'association dans un communiqué.

«Mécanismes défaillants»

Avec la dénonciation pénale, les Libres Penseurs «veulent assurer que les autorités chargées de l'enquête passent à l'action et examinent sérieusement si l'évêque de Lausanne, Genève et Fribourg était fautif. «L'Église ne doit plus se comporter comme un État dans l'État et protéger les auteurs présumés contre l'accès des autorités exécutives», estiment-ils.

L'enquête interne du diocèse «concernant la non-divulgation d'informations, le manque de jugement et la disparition de documents» ne suffit pas, précise le communiqué. L'association relève encore que «les mécanismes de contrôle de l'Église sont absents ou défaillants», d'où la nécessité de voir l'État «devenir plus actif» dans les cas de dissimulation systématique des cas d'abus dans les rangs de l'Église catholique romaine.

Enquête canonique

Visé par la plainte de harcèlement sexuel d'un confrère, abbé à Peseux (NE) aujourd'hui, le curé de la cathédrale de Fribourg est aussi soupçonné d'avoir eu une relation avec un jeune de 17 ans dans un chalet de Torgon (VS) en 1998. Il a été écarté de son ministère début février par l'évêché.

Outre l'enquête interne du diocèse, deux autres enquêtes sont engagées dans un dossier qui est apparu au grand jour à la fin de l'an dernier. Il s'agit d'une enquête de police dans le canton de Vaud et une enquête canonique. (ats/nxp)

Créé: 18.02.2020, 12h11

Articles en relation

L’évêque Morerod a invité la victime de l’abbé à l’évêché

Le Matin Dimanche Plus de vingt ans après les abus reprochés à l’abbé Frochaux, une rencontre s’organise pour tenter de réparer aussi les manquements de l’Église d’alors. Pour l’évêque, ce sera une occasion de peut-être reprendre la main. Plus...

L’évêché fouille dans son passé avec un «présupposé de méfiance»

Affaire Frochaux Mgr Morerod a annoncé qu’une ex-policière scrute les archives de l’institution. Plus...

Mgr Morerod nie avoir été informé du possible abus

Affaire Frochaux L’homme qui aurait été abusé sexuellement par l’abbé, en 1998, a témoigné dans des médias. Plus...

Troisième enquête sur l'abbé accusé d'abus sexuels

Fribourg Dans le cadre des accusations d'abus sexuels impliquant le curé de la cathédrale de Fribourg, le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg a ouvert une nouvelle enquête interne concernant notamment la disparition de documents. Plus...

Harcèlement sexuel: un abbé accusé est écarté

Fribourg Une enquête canonique laisse apparaître de nouveaux faits à l'encontre d'un prêtre fribourgeois, déjà accusé par un confrère neuchâtelois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.