Le salon de l’automobile se rêve digital et connecté

VoitureLa 88e manifestation a vu sa fréquentation reculer. L’avenir passera par l’électronique de pointe.

«On travaille déjà sur le Salon de demain, fort du constat que le développement du secteur automobile est indissociable de l’électronique de pointe», relève André Hefti, directeur du Salon de l’auto de Genève, à l’heure de faire le bilan de la 88e édition.

«On travaille déjà sur le Salon de demain, fort du constat que le développement du secteur automobile est indissociable de l’électronique de pointe», relève André Hefti, directeur du Salon de l’auto de Genève, à l’heure de faire le bilan de la 88e édition. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Voitures autonomes, navigation holographique à réalité augmentée, services connectés, le Salon de l’auto va muer avec la digitalisation. «On travaille déjà sur le Salon de demain, fort du constat que le développement du secteur automobile est indissociable de l’électronique de pointe», relève André Hefti, directeur du Salon de l’auto de Genève, à l’heure de faire le bilan de la 88e édition.

En termes de fréquentation, le bilan est en demi-teinte. Les visiteurs sont en recul d’environ 5% par rapport à l’année dernière. Qu’à cela ne tienne, d’ici à quelques années, le Salon se sera adapté aux nouveaux modes de consommation. «Est-ce que tout le monde aura sa propre voiture?» s’interroge André Hefti. Rien n’est moins sûr. Des fournisseurs de service de type Uber (taxis) ou Mobility (partage de voitures) viendront garnir les stands genevois, tout comme les créateurs d’applications de covoiturage, telle la française Blablacar. Intéressante mue.

À plus court terme, le Salon de l’auto s’est allié avec l’IFA berlinois, la plus grande manifestation dédiée à l’électronique en Europe. Il s’agit pour la manifestation genevoise de ne pas rater le train de la digitalisation. La concurrence est vive avec les grands rassemblements que sont le Mobile World de Barcelone ou encore le CES de Las Vegas. Les constructeurs s’y pressent déjà. «Ils tablent sur le know-how de la Silicon Valley pour imaginer les équipements digitaux des véhicules.»

Quid de l’édition 2018? Moins de monde, certes, mais on a vu émerger des concepts novateurs en matière de voiture «verte». Ce point est important. À la fin de 2020, les gammes de véhicules devront respecter la norme de 95 grammes d’émission de CO2 par kilomètre, contre 130 grammes en 2015. Dans ce cadre, l’émergence de la propulsion à hydrogène a fait du bruit. Le stand de l’Union pétrolière suisse a proposé une réplique d’une station type pour faire un plein d’hydrogène. «Elle s’intègre tout à fait dans les stations d’essence existantes, précise André Hefti. L’autonomie de ces véhicules est par ailleurs très proche de celle des voitures à essence.» Une technologie porteuse même si trois fabricants seulement, tous Asiatiques – Toyota, Honda et Hyundai – présentaient des modèles. Il est vrai que la Suisse ne compte actuellement que deux stations de recharge, les deux situées en Suisse alémanique.

Parmi les autres technologies, l’hybride gagne des parts de marché. Du SUV compact de Lexus UX en passant par le I8 Roadster de BMW, les marques multiplient les modèles propulsés par le couple électricité/essence, voire par l’électricité et le diesel. Tiens, quel avenir pour le diesel? Donné pour mort après les scandales de ces dernières années, il ne devrait pas disparaître. «Les constructeurs savent le rendre propre, explique André Hefti. Mais cela a un coût élevé.» Résultat, le diesel sera réservé aux gros véhicules d’une clientèle aisée. Des véhicules qui circuleront peut-être de manière totalement autonome d’ici à une dizaine d’années. (24 heures)

Créé: 19.03.2018, 08h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.