Passer au contenu principal

La SRF porte l'affaire Maudet devant le TF

La télévision alémanique avait été remise à l'ordre pour un reportage mettant en cause le conseiller d'Etat genevois. Elle ne compte pas en rester là et recourt au Tribunal fédéral.

Procédure pénale toujours en cours contre Pierre Maudet.
Procédure pénale toujours en cours contre Pierre Maudet.

La télévision alémanique SRF s'était fait remettre à l'ordre en juin dernier par l'Autorité indépendante d'examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP) pour une contribution sur le conseiller d'Etat Pierre Maudet, son émission Rundschau ayant violé le principe de la présentation fidèle des événements. La SRF ne veut pas en rester là et recourt au Tribunal fédéral (TF).

«SRF a analysé la décision de l'AIEP et a décidé de porter l'affaire devant le Tribunal fédéral. En raison de la procédure en cours, nous ne commentons plus notre action», a annoncé mercredi après-midi un porte-parole de la télévision alémanique, Stefan Wyss, interrogé par Keystone-ATS. Il confirmait ainsi une information des médias de Tamedia. SRF affirme que la décision de l'AIEP à l'encontre de l'émission «Rundschau» restreint la liberté des médias.

L'AIEP avait donné raison à Pierre Maudet le 7 juin dernier. Elle devait statuer sur le reportage «Der Fall Maudet: Die Spur des Goldes» (Le cas Maudet: la trace de l'or), diffusé le 2 octobre 2018, qui avait pour contexte le voyage du conseiller d'Etat à Abu Dhabi en 2015. Ce voyage fait l'objet d'une enquête du parquet de Genève.

Caractère tendancieux

Dans le reportage, il était notamment question des importations d'or en provenance des Emirats Arabes Unis via l'aéroport de Genève. Comme de graves accusations visaient M. Maudet et que celles-ci étaient liées à la procédure pénale en cours, les journalistes de la SRF auraient dû faire preuve d'une très grande prudence afin de garantir à Pierre Maudet la présomption d'innocence.

Après discussion, une majorité des membres de l'AIEP a considéré que les téléspectateurs de l'émission n'ont pas pu se faire leur propre opinion. Plusieurs éléments ont influencé massivement l'impression générale. Pierre Maudet n'a ainsi pas pu prendre position directement sur les accusations formulées à son encontre par un expert de droit pénal.

Et seules les personnes critiques envers le Conseil d'Etat ont eu leur mot à dire. En revanche, le conseiller d'Etat visé n'a pas pu exprimer son point de vue de manière équilibrée. Le reportage de Rundschau avait donc clairement un caractère tendancieux, selon l'AIEP.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.