Passer au contenu principal

Tariq Ramadan voulait le silence de la plaignante. En vain

La Chambre pénale de recours déboute l’islamologue, sous le coup d’une plainte pour viol, en invoquant la liberté d’expression.

La Cour de justice désavoue pour la seconde fois l'islamologue genevois.
La Cour de justice désavoue pour la seconde fois l'islamologue genevois.
Laurent Guiraud

Sous le coup d’une plainte en Suisse pour contrainte sexuelle et viol notamment, Tariq Ramadan veut imposer depuis des mois le silence aux avocats de Brigitte*, la plaignante. Selon nos informations, la Chambre pénale de recours (CPR) genevoise vient de débouter l’islamologue pour la deuxième fois.

Nombreux recours

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.