Tombes celtiques exceptionnelles mises au jour

SionLa nécropole, qui s'étend sur 10'000 m2, est datée du 1er millénaire avant J.-C. Le site est ouvert au public tous les mercredis de 17h à 18h.

Découvert en 1999, le site de Don Bosco a fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles.

Découvert en 1999, le site de Don Bosco a fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des tombes exceptionnellement riches appartenant à une nécropole tumulaire celte datée du 1er millénaire avant J.-C. ont été mises au jour à Sion. Le mobilier accompagnant les défunts, parures, armes et vaisselle notamment, témoigne de leur importance.

Découvert en 1999, le site de Don Bosco a fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles liées à divers travaux de construction au fil des années, a indiqué vendredi le canton dans un communiqué. D'après les sondages, une nécropole s'étendrait sur plus de 10'000 m2 entre le rocher de Tourbillon au sud et la rue de Platta au nord.

Le projet de construction d'un parking par la Fondation St-Joseph a généré de nouvelles fouilles sur le site à partir de septembre 2016. Elles devraient se terminer cet automne.

Dans ce cadre, les archéologues ont mis au jour plus de 30 sépultures appartenant à un important cimetière daté entre la fin de l'Âge du Bronze et le 2e Âge du Fer (850-400 av. J.-C.). Ce cimetière, reconnu d'importance nationale, est constitué de monuments nommés tumuli.

Il s'agit de grands cercles de pierres délimités par d'imposantes dalles implantées verticalement sous lesquelles se trouvait une sépulture. Des tombes secondaires sont parfois installées dans le monument.

Jeune fille au collier d'or

Les fouilles en cours ont mis au jour trois tombes exceptionnelles de par leur richesse, notamment la tombe de guerrier: un homme adulte enterré avec son épée en bronze finement ciselée au pommeau d'ivoire, accompagné de nombreuses parures, dont un rasoir.

La «femme aux torques» porte elle une série de bijoux en bronze, dont quatre colliers rigides (torques), une ceinture, deux épingles servant à maintenir son vêtement en place, deux bracelets «tour de bras» et un anneau de cheville.

Enfin, la sépulture de la «jeune fille au collier d'or» comprenait une jeune femme dotée notamment d'un collier composé d?une série de disques en or et de deux paires de bracelets.

Ces fouilles permettent d'étendre notablement les connaissances scientifiques des périodes concernées, tant au niveau des changements dans les pratiques funéraires (passage de l'incinération à l'inhumation) qu'en relation avec les axes commerciaux en vigueur à l'époque et leur impact sur le mode de vie de la population valaisanne de jadis, conclut le canton.

Le site est ouvert au public tous les mercredis de 17h à 18h. (ats/nxp)

Créé: 11.08.2017, 11h23

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...