Passer au contenu principal

Traversée du lac: autre tracé demandé

Des communes suisses et françaises de la rive gauche demandent au canton de revoir le tracé de la traversée du lac.

La traversée de Genève pose des questions. (Photo d'illustration)
La traversée de Genève pose des questions. (Photo d'illustration)
Keystone

Sans se prononcer pour ou contre la traversée du lac, en votation le 5 juin, des communes suisses et françaises estiment que les échangeurs prévus ne permettent pas de boucler la ceinture autoroutière.

Les Genevois doivent se prononcer sur le principe d'une grande traversée du lac, pont ou tunnel. Le texte de l'initiative indique qu'elle doit permettre l'achèvement du contournement de Genève, mais sans préciser où. Le canton a dessiné un tracé qui va du Vengeron, sur la rive droite, à la Pointe-à-la Bise, sur la rive gauche, avant de passer sous Collonge-Bellerive.

Deux accès sont prévus, dont un à Rouelbeau, sur la commune de Meinier, dans une zone fraîchement renaturée par le canton pour des millions de francs. «On nous prédit un hectare d'impact environnemental pour une sortie. Nous peinons à le croire, surtout avec un péage», a indiqué mercredi devant les médias le maire de Meinier, Alain Corthay.

Aspirateurs à voitures

A ses côtés, les maires de Corsier, Gy, Jussy, Presinge, Puplinge et des communes françaises voisines de Ville-la-Grand et St-Cergues critiquent également l'insuffisance du projet en matière de mobilité. Les échangeurs de Rouelbeau et de Puplinge seront des aspirateurs à voitures, ce qui va amplifier les problèmes liés au trafic de transit que connaissent déjà leurs villages.

Aucune nouvelle route n'est prévue, alors que le canton demande aux communes de se densifier. «A Corsier, les seules zones de développement se situent le long de la route de Thonon qui est empruntée chaque jour par des milliers de voitures», avance son maire Bertrand Pictet. Les communes veulent aussi préserver la zone agricole.

Créer le maillon manquant

Compte tenu du réseau routier et du développement urbain prévu à l'horizon 2030, le tracé actuel est minimaliste, estiment les élus. Il est trop proche du centre de Genève et trop éloigné des infrastructures françaises, comme le contournement d'Annemasse et le barreau autoroutier entre Machilly et Thonon. Il prévoit une jonction avec le noeud routier d'Etrembières (F), déjà saturé.

Les élus demandent au canton de revoir sa copie à l'échelle du Grand Genève. «Pour être le plus efficace possible tout en tenant compte de l'environnement, il faut créer le maillon manquant entre les réseaux autoroutiers suisses et français, distants de cinq kilomètres», explique Gilles Marti, maire de Puplinge.

D'où la proposition de remplacer les deux échangeurs prévus par un seul entre les douanes suisse et française d'Anières (GE). La suite du tracé se ferait en tunnel ou en tranchée couverte jusqu'au carrefour des Chasseurs afin de rejoindre le réseau à grande vitesse français.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.