Unia Valais dénonce une entreprise à Martigny

Dumping salarialSelon le syndicat, la société Adatis SA, qui produit des pièces pour l'automobile, pratiquerait du dumping salarial.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Unia Valais crie au scandale. Productrice de pièces détachées pour l'automobile, Adatis SA est coupable selon le syndicat d'un grave cas de dumping salarial. Une dizaine de sa soixantaine d'employés, majoritairement des femmes travaillant en équipes, sont touchés.

Un membre de la direction a admis les salaires pratiqués, mais réfute son côté illégal. Le non-respect de la convention collective en vigueur dans l'industrie des machines en Suisse a poussé Unia à se saisir du dossier. Selon son délégué syndical Blaise Carron, le tarif horaire pratiqué au sein de la firme octodurienne se monte à 16,30 francs, loin des 22,75 francs fixés par la CCT de la branche en vigueur en Suisse.

Le manque à gagner atteint donc 28,35%, comme révélé mardi par Unia, lors d'un point de presse. Fin janvier, «nous avons rencontré la direction pour lui faire part de notre stupéfaction devant de telles pratiques», précise le syndicaliste. L'entreprise ayant refusé d'adapter les salaires, Unia a choisi de rendre ce dossier public. En Valais, seuls des agriculteurs et des cultivateurs gagnent moins qu'un salaire horaire de 16,30 francs.

Bien que l'entreprise emploie des frontaliers, ce sont des travailleurs résidant sur sol helvétique qui sont concernés par la pratique. Ce que confirme un membre de la direction. Celui-ci précise toutefois que son entreprise n'est pas soumise à une CCT ni à un salaire minimum légal, celui-ci n'existant pas en Valais. «On respecte donc la loi», résume-t-il.

Créer des garde-fous

Si la situation ne devait pas évoluer, Unia s'est dit prêt à prendre contact avec les principaux clients de l'entreprise de surmoulage plastique, afin de les informer de la situation. Lors de son installation en janvier 2017 à Martigny, Adatis SA a notamment obtenu des facilités fiscales octroyées par le canton et la ville. Afin de réaliser certains produits, la firme a également pu bénéficier des compétences de la HES-SO Valais.

Outre le paiement de salaires selon l'usage en vigueur en Valais, Unia demande qu'à l'avenir des garde-fous devront être érigés, notamment par le canton, lorsqu'il s'agit de soutenir l'implantation d'une société. Dans le cas contraire, les collectivités publiques continueront de prendre le risque de promouvoir des pratiques de dumping social et salarial, souligne Blaise Carron.

Adatis est une entreprise filière du groupe français Adduxi basée en France voisine (à Oyonnax dans l'Ain), dont le chiffre d'affaires avoisine les 60 millions d'euros (données 2017). (ats/nxp)

Créé: 17.04.2019, 12h11

Articles en relation

Un licenciement chez Unia provoque des remous

Vaud Le licenciement par le syndicat d'un de ses secrétaires suscite des remous. L'employé contestait sa classification salariale. Plus...

Les électriciens en colère dézinguent Unia Vaud

Conflit Le licenciement d’un syndicaliste soutenant la branche fait hurler les ouvriers. Ils dénoncent un «management mafieux». Plus...

Unia veut mieux protéger le personnel de vente

Suisse Le syndicat sonne l'alarme: le personnel employé aux caisses en self-service doit accomplir toujours plus de tâches en moins de temps. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.