La Suisse sort championne des pays écolo. Une médaille en toc?

EcologieUn classement des pays selon leur performance environnementale accorde la première place à la Suisse. Mais cette recherche de l’Université Yale ne convainc guère les experts lausannois.

Image: Chantal Dervey - Archive

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse est le pays le plus respectueux de l’environnement devant la Lettonie et la Norvège, selon le classement des performances environnementales de l’Université américaine Yale. Pour arriver à ce résultat publié fin janvier, les chercheurs prennent en compte toute une série de paramètres mesurables allant de l’usage de pesticides à la mortalité infantile, de l’accès à l’eau potable à la proportion d’énergie renouvelable dans la production d’électricité.

Mais les chercheurs spécialisés dans le domaine ne sortent pas le champagne pour autant. «D’abord j’ai des doutes sur l’intérêt même de tels classements, note le professeur Suren Erkman, de l’institut des politiques territoriales de l’Université de Lausanne. Soit ils donnent des informations peu pertinentes, soit leurs résultats sont complètement triviaux. Dans l'absolu, on se doute bien qu’un pays comme la Suisse est bien classé dans un tel ranking.»

Le chercheur explique ses doutes concernant ces classements basés sur l'agrégation de divers paramètres. «Les problèmes de tous ces indices composites c'est que la note finale dépend de la pondération que l’on donne à chacun des problèmes mesurés. Il y a une dimension politique dans l'établissement de ce calcul.» Dans ce cas, le chercheur précise: «Pour moi le fait que ce classement soit lié au World Economic Forum de Davos n'est pas totalement étranger au fait que la Suisse soit si bien notée.»

Un polluant inexistant

«Je vois de gros problèmes méthodologiques qui biaisent largement les résultats de cette étude en faveur d’un pays comme la Suisse», dénonce pour sa part Johann Dupuis, chercheur en politique environnementale à l’Institut de Hautes Etudes en Administration Publique de Lausanne (IDEHAP). L’étude de Yale ne prend, par exemple, en compte qu’un seul polluant atmosphérique: le dioxyde de soufre. «Une substance très particulière et aucunement représentative de la pollution de l’air en général, puisqu’elle est causée par la production d’électricité à base de charbon.»

D’autres paramètres auraient par contre pu être pris en compte: «La Suisse aurait été certainement moins bien classée si d’autres polluants comme les PM10 (poussières fines) ou l’Ozone avaient été considérés et pour lesquels les valeurs limites légales sont constamment dépassées en Suisse en milieu urbain»

Quid du CO2 «exporté»?

Autre important défaut dénoncé par Johann Dupuis, cet indice compte le CO2 «produit» en Suisse et non engendré par la Suisse. Or notre pays n’ayant quasi pas d’industries lourdes, pratiquement 50% de la production de CO2 nécessaire à l’économie Suisse est comptabilisée dans d’autres pays. «On peut corriger cette erreur de calcul en intégrant l’énergie grise contenue dans les produits consommés en Suisse» C’est ce que font d’autres rankings. «Sur tous les indices de performances environnementales liés à la consommation et non à la production le score de la Suisse est plus que médiocre.»

Suren Erkman abonde dans ce sens «Quand la Suisse importe des métaux précieux pour l’horlogerie de luxe, elle crée beaucoup de valeur ajoutée en utilisant peu de ressources. Mais c’est sans compter les tonnes de déchets produites en Afrique du Sud pour extraire l’or.»

Sans oublier que certains problèmes écologiques de la Suisse ne sont pas bien pris en compte, note enfin Suren Erkman. «En raison du mitage de son territoire, la Suisse peine à préserver la biodiversité de ses espaces et au niveau du Protocole de Kyoto, notre pays est loin de remplir les objectifs.»

Créé: 10.02.2012, 12h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...