Passer au contenu principal

Les Suisses cotisent plus que leurs voisins

Salariés, indépendants et rentiers suisses portent davantage que leurs homologues européens le poids du financement du système de protection sociale, a indiqué jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les Suisses cotisent plus que leurs voisins
Les Suisses cotisent plus que leurs voisins
Keystone

Les Suisses cotisent plus que leurs voisins européens.

Dans l'Union européenne, ils n'y contribuent qu'à 20%, contre 35% en Suisse. L'augmentation des primes maladie accentue le phénomène.

En 2012, près des deux tiers des recettes totales des prévoyances sociales (AVS, prévoyance professionnelle et assurance maladie obligatoire principalement) provenaient des cotisations sociales des employeurs et des «personnes protégées», soit les salariés, indépendants et rentiers, écrit l'OFS en publiant les derniers comptes globaux de la protection sociale.

Soit 123,1 milliards de francs sur un total de 188,9 milliards. Depuis 1990, la part des prestations sociales est restée stable, sauf pour les personnes protégées: leur contribution a augmenté de 3,7%. «Cela est principalement dû à l'augmentation des primes nettes de l'assurance maladie», explique l'OFS.

Le tiers restant des recettes du système de protection sociale suisse est réparti entre les revenus de la propriété (9,8%) et les contributions publiques (24,4%). Ces dernières ont augmenté de 5% à 46,1 milliards de francs, remarque l'OFS.

État et patrons de l'UE paient plus

Toutefois, en comparaison européenne, ces contributions publiques sont encore relativement modestes. En 2011, leur poids était bien plus important au sein de l'UE-28 (40,2%) qu'en Suisse (24,3%). Idem pour la part financée par les employeurs, qui participent davantage dans l'Europe des 28 (36%) qu'en terres helvètes (30%).

Les employés, rentiers et indépendants suisses vident aussi plus leur porte-monnaie pour les cotisations sociales que leurs collègues européens: 35% contre 20%.

Augmentation plus forte

Les dépenses pour les prestations sociales ont augmenté de 5,8 milliards de francs ( 4%) entre 2011 et 2012 pour atteindre 147,4 milliards de francs. Les recettes se montent elles à 188,9 milliards en 2012. Cette augmentation dépasse légèrement la moyenne annuelle de 3,2% calculée depuis 1990.

Elles sont principalement utilisées pour couvrir les besoins liés à la vieillesse, à la maladie et à l'invalidité.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.